Les syndicats de Swissport menacent de faire grève ce lundi.

Si la direction de Swissport à Brussels Airport ne présente pas, ce lundi, un plan concret pour le personnel du manutentionnaire, les syndicats menacent de partir en grève. "À partir de lundi soir, nous serons capables de débrayer au sein même de l’APOC, le centre opérationnel de l’aéroport", indique Fouad Bougrine de la CGSLB.

Différents partenaires aéroportuaires se retrouvent au sein de l’APOC, comme les bagagistes, les compagnies aériennes et les services en charge de la sécurité. Il y est assuré que les bonnes personnes soient envoyées aux bons endroits. "C’est le cœur de l’aéroport", précise Fouad Bougrine du syndicat libéral.

Selon lui, c’est grâce à l’intervention des syndicats qu’une grève a pu être évitée vendredi.

Si ce lundi à 15 heures, aucun plan ne se trouve sur la table, les syndicats demanderont une conciliation d’urgence. Cette réunion devra avoir lieu lundi soir ou mardi matin au plus tard. "Mais si les employés sont en colère lundi après-midi, il y a un risque que l’équipe du soir de 22 h ne commence pas le travail."

Les représentants du personnel dénoncent un sous-effectif et exigent un plan d’embauche d’ici lundi. Selon les syndicats, la situation est "intenable". "Dans tous les services, il est question de sous-effectif et au début de la période des départs en vacances, les travailleurs sont déjà épuisés. En janvier déjà, le front commun syndical avait signalé que le niveau de personnel actuel ne suffirait pas à passer l’été."

Pour rappel, les syndicats d’employés (ACV Puls, ACLVB et BBTK) et la direction de la société de manutention Swissport, à Brussels Airport, se sont mis autour de la table vendredi alors que les représentants du personnel dénoncent un sous-effectif et exigent donc un plan d’embauche le plus rapidement possible. Toutefois, ils affirment avoir été constructifs afin de veiller à ce que les passagers ne soient pas pénalisés. "La direction a promis d’augmenter les effectifs pour le week-end prochain mais il n’y a pas encore de garanties pour le reste de l’été" , expliquent-ils.