Un jeune imam d'Anvers, Youssef E.G., qui a disparu des radars depuis un mois, pourrait être parti combattre en Syrie. Une enquête a été ouverte, rapporte Het Laatste Nieuws jeudi. 

Le cabinet du bourgmestre Bart De Wever (N-VA) confirme que le dossier est connu, mais n'a pas souhaité en révéler davantage. Jusqu'au mois dernier, Youssef E.G. fréquentait la mosquée El Mohsinien dans le district anversois de Berchem. Il était également actif à Hoboken et Borgerhout. Les responsables des mosquées disent n'avoir eu aucun soupçon, dans la mesure où l'homme se comportait de façon modérée dans le cadre de ses fonctions. Il aurait néanmoins diffusé ses idées radicales lors d'entretiens personnels.

Selon le porte-parole du bourgmestre, qui ne tient pas à s'exprimer sur les cas individuels, la Ville a adopté une large approche de déradicalisation qui pourrait s'appliquer aux jeunes avec lesquels l'imam a eu contact.

Sulayman Van Ael, un imam bénéficiant d'une solide réputation à Anvers, a immédiatement réagi jeudi matin sur sa page Facebook, pointant les jeunes radicaux. "Ces gens ne se rendent pas compte qu'ils sapent par leurs actes irresponsables tout le travail positif de la communauté musulmane". Selon lui, la Belgique a par ailleurs besoin d'une meilleure formation des imams pour ne plus devoir en "importer" autant de l'étranger.