Belgique

Du 14 octobre au 11 novembre inclus, le gestionnaire de l’infrastructure, Infrabel, réalisera la dernière étape du chantier de modernisation de l’axe Nord-Midi qui repose notamment sur l’informatisation complète des outils de gestion du trafic.

Dès ce lundi 14 octobre, les navetteurs s'apprêtent à vivre un mois relativement agité sur le rail. La raison ? D’importants travaux de modernisation de la signalisation débutent à la Gare du midi, ce qui va logiquement impacter le trafic ferroviaire. Cette dernière étape concerne des travaux de modernisation du système de signalisation dans les voies du côté sud de Bruxelles-Midi. Le remplacement de cette technologie vieille d’un demi-siècle est indispensable afin de garantir la fiabilité et la sécurité du trafic ferroviaire.

En effet, Infrabel va procéder à partir de lundi à la modernisation de 65 signaux et 170 moteurs d’aiguillage situés au sud de Bruxelles-Midi. Ces travaux, qui permettront de passer d’une technologie électromécanique vers le numérique, auront un impact significatif sur la capacité de la plus grande gare bruxelloise. Un plan de transport alternatif a été élaboré en conséquence et entrera en vigueur lundi. Et la fin du chantier est prévue le 11 novembre.

"C’est un véritable travail d’orfèvre qui consiste à faire en sorte que chaque trajet alternatif soit la meilleure solution pour le voyageur, le tout sans surcharger la zone travaux et en essayant de maintenir au mieux la fluidité du trafic et éviter des congestions", rapporte Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB.

900.000 navetteurs impactés sur un mois

Ce sont donc près de 30.000 navetteurs qui seront impactés par ces adaptations, sur les plus moins 218.000 qui traversent la jonction chaque jour, soit 900.000 sur un mois. "Nous renforçons effectivement la capacité de certains trains, mais on doit de toute façon s’attendre à plus de monde que d’habitude dans les trains : donc si, en semaine, des personnes ont la possibilité de partir travailler un peu plus tôt et rentrer un peu plus tôt le soir, ou partir et rentrer un peu plus tard que d’habitude, cela pourra aussi contribuer à réguler les flux et éviter tant que faire se peut des encombrements dans les trains", tient à préciser Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB.

Du côté des navetteurs, on prend ces travaux comme un espoir de voir ce nœud ferroviaire plus fluide dans le futur et causant moins de retard ou de problèmes de trafic. "De toute façon, on n’a pas le choix, il va falloir s’adapter. Notre crainte, c’est que de nombreux usagers se dirigent au même moment vers les fameux trains déviés, ce qui risque de créer des situations de surcharge dans les wagons au vu de la capacité des voitures. Et ce sont surtout les navetteurs de Mons et Tournai qui risquent d’en payer les frais. Sinon, la communication d’Infrabel et de la SNCB a été pour une fois cohérente et commune, il faut le souligner. Un plan de transport alternatif a été communiqué dans les temps, des stewards devraient être en gare, maintenant, il faudra voir sur le terrain si ces promesses se confirment", tempère Gianni Tabbone, porte-parole de l’asbl navetteurs.be.

Concrètement, voici tous les conseils pratiques et les bons plans à connaître avant d'embarquer dans votre train la semaine prochaine.

- En semaine pendant les heures de pointe

* "Nous avons réussi à préserver 85% des 300 trains qui empruntent chaque jour la jonction bruxelloise durant les heures de pointe le matin et le soir ; 85 % de ces trains (soit 255 trains sur 300) continueront dès lors à suivre leur trajet habituel", indique Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB.

Pour les 15% restants (= 45 trains) :

* Les "suppressions" se limitent à 12 trains sur les 300 - dont uniquement 2 trains en Wallonie : Visé/Liège-Bruxelles le matin (6h46 – 8h22) et Bruxelles-Liège/Visé le soir (17h47 – 19h11) - ; pour les voyageurs concernés, l’alternative = emprunter un train + tôt ou + tard qu’à l’accoutumée.

* 35 trains "P" seront déviés vers 4 autres gares bruxelloises périphériques:

- Jette & Bruxelles-Schuman, avec un autre train pour rejoindre sa destination finale.

- Mérode & Bruxelles-Ouest, avec un autre train pour rejoindre sa destination finale ou avec le métro STIB => grâce à une collaboration avec la STIB, "le métro sera d'ailleurs gratuit pour les usagers du rail dans ces gares avec un titre de transport SNCB", précise-t-il.

- En semaine en heures creuses, l’offre est inchangée et 100% des trains roulent normalement

- Pendant les 2 longs week-ends de novembre (1-2-3 / 09-10-11) :

- L’accès à Bruxelles-Midi depuis le sud ne sera pas accessible aux trains

- Il n’y aura pas de trains entre Hal et Bruxelles-Midi : un service alternatif de bus sera prévu.

- Il y aura un impact sur la circulation des trains internationaux en provenance et à destination de la France et du Royaume-Uni, qui seront déviés entre Bruxelles-Midi et Hal (contournement est de Bruxelles => voir les horaires sur les sites des opérateurs concernés (Thalys et Eurostar)

- Il sera toujours possible de se déplacer dans la Région bruxelloise et vers Brussels Airport (Zaventem) en train, à raison de :

- 6 trains par heure dans la jonction entre Bruxelles-Midi et Bruxelles-Nord dans chaque sens

- 4 trains par heure vers l’aéroport depuis Bruxelles-Nord et 2 trains par heure depuis Bruxelles-Midi.

Les conseils pratiques de la SNCB:

- "Nous communiquons cette situation via tous nos canaux d’informations depuis fin septembre pour permettre aux voyageurs de se préparer; le conseil principal est de consulter dès aujourd’hui le site web de la SNCB tous les horaires de cette période de travaux y sont intégrés depuis plusieurs semaines".

- Il y aura forcément plus de monde que d’habitude dans les trains en heures de pointe.

La SNCB mais aussi Infrabel et HR Rail ont invité les membres de leur personnel dont les fonctions le permettent à décaler un peu leurs horaires de travail = à partir et rentrer un peu plus tôt, ou un peu plus tard que d’habitude ; ceci, pour libérer de la place pour les clients aux heures de pointe. Pour éviter au mieux les encombrements, les voyageurs qui en ont la possibilité pourraient aussi faire de même, évidemment si leurs impératifs le permettent ;

- La SNCB est entrée en contact avec nombre d’entreprises, institutions et écoles bruxelloises pour les informer de la situation, afin que les employés et les étudiants puissent prendre leurs dispositions bien à l’avance.

La gare de Bruxelles-Midi, ce "nœud ferroviaire"

Pour rappel, la jonction Nord-Midi voit passer 218.000 voyageurs par jour dans quelque 1.200 trains, dont 300 aux heures de pointe. Quelque 27.000 voyageurs seront directement concernés par le plan de transport alternatif, soit 13.500 le matin et 13.500 le soir, selon la SNCB.

La gare de Bruxelles-Midi, élément-clé de ce nœud ferroviaire, est aujourd’hui encore dotée d’une signalisation électromécanique vieille de plus d’1/2 siècle qui se dégrade inexorablement et qu’il convient de moderniser. La phase de travaux qui s’annonce vise à moderniser l’ensemble des outils utilisés en cabine de signalisation, à remplacer les moteurs de 170 aiguillages et à renouveler 65 feux de signalisation.

"Sur le plan de la sécurité, un tel saut technologique est aussi un préalable indispensable à l’installation du système de contrôle permanent de la vitesse des trains (ETCS), qui doit permettre à la Belgique d’atteindre les meilleurs standards de la sécurité ferroviaire", justifie Infrabel.

© DR