Le département d'État a annoncé cette visite en précisant que M. Pompeo réaffirmerait à cette occasion le "soutien indéfectible des États-Unis à l'Otan" et le partenariat entre les États-Unis et la Belgique.

L'Otan a sobrement confirmé mardi dans un communiqué que son secrétaire général, Jens Stoltenberg, rencontrera le secrétaire d'État américain mercredi à Bruxelles, sans préciser ni le lieu ni l'heure - en fin d'après-midi selon une source informée.

"Il n'y aura pas d'opportunité" pour la presse, a souligné l'Alliance atlantique.

La "réunion de travail" entre M. Pompeo et son homologue belge, Sophie Wilmès, se tiendra pour sa part jeudi à 10h30 au Palais d'Egmont à Bruxelles, a annoncé le Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères.

Il n'y aura pour la presse qu'une "opportunité image uniquement au début de la rencontre", a précisé le département.

Mike Pompeo, un ancien directeur de la CIA nommé chef de la diplomatie américaine en avril 2018 par le président républicain Donald Trump, s'est toujours présenté comme un ardent partisan du locataire de la Maison Blanche, dont le mandant prend fin mercredi prochain, avec l'investiture du démocrate Joe Biden.

Les relations entre les États-Unis et leurs alliés européens se sont crispées durant le mandat de M. Trump, qui a leur reproché avec insistance de ne pas dépenser suffisamment pour la défense collective de l'Alliance.