Belgique

"L'homme au chapeau" sera-t-il transféré vers la France? La chambre des mises en accusation de Bruxelles se prononcera demain.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles se prononcera jeudi sur la demande des autorités françaises de rendre exécutoire le mandat d'arrêt européen décerné à l'encontre de Mohamed Abrini (30), a indiqué mercredi le parquet fédéral. L'examen de l'affaire a été remis à l'audience du 27 juin 2016 en ce qui concerne Mohamed Bakkali (29). Interpellé le 8 avril dernier à Anderlecht, Mohammed Abrini est actuellement en détention préventive à la prison de Bruges. Il avait été filmé deux jours avant les attaques parisiennes en compagnie de Salah Abdeslam, à la station-service de Ressons-sur-Matz, près de Compiègne. Les deux individus, qui seraient des amis de longue date et sont tous deux originaires de Molenbeek, ont également loué un appartement-hôtel à Alfortville, dans lequel plusieurs des kamikazes ont séjourné peu avant les attentats. Mohamed Abrini conduisait par ailleurs la Renault Clio retrouvée à Paris après les attentats.

Le lendemain de son arrestation, Abrini a été placé sous mandat d'arrêt pour son rôle présumé dans la préparation des attentats du 13 novembre à Paris. Il a ensuite également été inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes, dans le cadre du dossier des attentats de Bruxelles et Zaventem. Selon le parquet fédéral et les aveux du suspect, Abrini est bien "l'homme au chapeau", le troisième individu du commando qui a frappé Brussels Airport le 22 mars.

Interpellé le 26 novembre dernier et inculpé d'assassinats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste, Mohammed Bakkali aurait loué l'appartement de la rue Henri Bergé, à Schaerbeek, dans lequel des empreintes de Salah Abdeslam ont été découvertes le 10 décembre dernier à l'occasion d'une perquisition. Une voiture qu'il louait aurait été aperçue près d'habitations ayant servi à la préparation des attentats, à Charleroi et Auvelais, mais le rôle présumé de Mohamed Bakkali dans ce dossier reste peu clair. Les enquêteurs ont découvert à son domicile une vidéo témoignant de l'espionnage d'un responsable d'un site nucléaire de Mol. Le suspect a aussi loué l'appartement de la rue Max Roos, à Schaerbeek, où les frères El Bakraoui ont séjourné avant les attentats de Bruxelles.

Le mandat d'arrêt du huitième suspect des attentats de Bruxelles confirmé

La chambre du conseil de Bruxelles a prolongé mercredi le mandat d'arrêt de Youssef E.A., le 8e suspect dans l'enquête sur les attentats du 22 mars interpellé le 17 juin dernier. L'homme demeure inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats dans un contexte terroriste et tentatives d'assassinats dans un contexte terroriste, comme auteur, coauteur ou complice, dans le cadre de l'enquête du parquet fédéral sur les attentats de Zaventem et de Bruxelles, a indiqué mercredi le parquet fédéral.

Youssef E.A., le 8e suspect dans l'enquête sur les attentats du 22 mars travaillait à l'aéroport de Zaventem. L'homme, un ami de jeunesse de Khalid El Bakraoui, avait un accès direct aux avions sur le tarmac. Il était aussi l'ami d'un autre suspect, Ali El Haddad Asufi, et est soupçonné d'avoir rencontré à plusieurs reprises ces deux individus, notamment dans l'appartement d'Etterbeek où l'attaque perpétrée dans le métro bruxellois a été préparée.

Sur son ordinateur, ont été découverts des messages provenant d'une clé USB de Khalid El Bakraoui, le kamikaze de la station de métro Maelbeek. Ces messages rappellent notamment que des vols vers les Etats-Unis, la Russie et Israël décollent tous les mardis depuis Zaventem. Les trois terroristes présents à l'aéroport de Zaventem le 22 mars devaient se faire exploser dans les files pour les vols vers ces destinations. C'est ce que Najim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui ont fait, tandis que le troisième homme, Mohamed Abrini, a pris la fuite en abandonnant sa charge explosive.

L'ordinateur de Youssef E.A. contenait également un message d'octobre 2015 stipulant que "un de nos frères passera à l'action le 22 mars 2016".