Le ministre Demotte met la dernière main à une réforme

BRUXELLES Tarifs exorbitants. Heures d'ouverture anarchiques. Image vieillotte. Manque d'utilisation des techniques modernes.

Les causes de la désaffection des musées sont multiples, en Communauté française. Rudy Demotte (PS), ministre francophone du Budget, de la Culture et des Sports, nous l'annonce en primeur dans l'entretien qu'il nous accorde: il met la dernière main à une réforme qui pourrait notamment prévoir la gratuité de visite pour les écoliers.

`Dans le mois qui vient, je présenterai au gouvernement un projet de décret installant enfin le conseil supérieur des musées´, explique le ministre. Mais je rédige également en ce moment un inventaire des choses qui me semblent devoir faire l'objet d'une réforme. Je rencontrerai bientôt les acteurs du secteur pour leur demander leur avis sur cette liste, avant de déposer un projet de décret au gouvernement.´

Les grandes lignes de l'inventaire sont les suivantes.

Horaires d'ouverture: `Ne faut-il pas les uniformiser afin d'en faciliter l'accès aux citoyens qui risquent trop souvent de trouver portes closes parce que les heures de visite varient très fortement d'un endroit à l'autre?´, se demande le ministre.

Tarifs: `Les prix d'entrée des musées varient fortement, notamment en fonction de la qualité des collections exposées´ résume M. Demotte. `Lorsque je rencontrerai les spécialistes du secteur, je leur demanderai s'il ne serait pas utile de procéder à une uniformisation. L'instauration d'un pass multimusées me paraît également devoir être mise sur la table. Il en va de même de la gratuité pour certaines catégories de visiteurs fragilisés, même si je veux éviter de tomber dans le cliché de la charité culturelle pour les minimexés.´

Les élèves et professeurs pourraient-ils en profiter? `Je songe effectivement aux enseignants et aux enseignés. Les professeurs doivent pouvoir préparer des visites de classe dans de bonnes conditions, avec des réductions ou la gratuité. Cette même gratuité doit aussi être envisagée pour les enfants. Mais pas de démagogie: une telle mesure représenterait un coût dépassant le 1,5 milliard de francs, soit 600 millions pour le fondamental et un peu plus d'un milliard pour le secondaire. Il est exclu d'envisager cette mesure avant de connaître le refinancement dont la Communauté française sera l'objet.´

Informatique: `J'ai en projet la création d'un réseau informatique entre les musées. Il existe de nombreuses pièces de très haute valeur dont on n'a souvent pas connaissance de l'existence en dehors du musée lui-même. Ce réseau serait également consultable via Internet. Cela permettrait aux gens de faire des recherches sur les lieux où sont exposés en Communauté française des pièces d'un style qu'ils recherchent.´

Tourisme: `Nous devons travailler avec les régions pour aboutir à une uniformisation des panneaux de signalisation des musées, ainsi que pour une meilleure intégration dans les circuits touristiques´, conclut le ministre Demotte.