Belgique

Ce vendredi matin, L'Echo révélait les émoluments de Daniel Weekers, conseiller stratégique de Stéphane Moreau chez Nethys.

Le salaire de l'administrateur délégué (CEO) de Nethys, Stéphane Moreau, est de 960.000 euros brut par an, indiquaient vendredi Le Vif et L'Echo. Ce montant inclut une partie fixe (de l'ordre de 600.000 euros) et une partie variable. Il faut encore ajouter à cette enveloppe salariale les montants de l'épargne-pension. Dès lors, "on est largement au-delà du million d'euros", selon une source anonyme citée dans L'Echo.

Nethys est la société opérationnelle de l'intercommunale Publifin, au cœur d'un scandale depuis un mois pour le montant des rémunérations qui y sont octroyées à des mandataires publics, et pour des conflits d'intérêts.

Mais selon l'édition numérique de La Meuse (Sudpresse), citant une autre source tout aussi anonyme, la rémunération de M. Moreau en tant que CEO de Nethys est de 250.000 euros bruts par an. D'autres mandats au sein de filiales découlant de Nethys pourraient lui rapporter d'autres rémunérations, mais ces dernières seraient beaucoup moindres que son salaire de base.

Interrogée par Belga, Nethys s'est refusée à confirmer ou infirmer quoi que ce soit. Une source citait toutefois un montant "bien moindre" que celui mentionné par Le Vif et L'Echo.

Stéphane Moreau est également bourgmestre PS d'Ans et gagne à ce titre 80.000 euros par an. Il détient une série de mandats, par exemple chez Meusinvest.

Le président du PS, Elio Di Rupo, s'est déclaré favorable jeudi au décumul de fonctions comme celle de bourgmestre ou échevin avec une entreprise fonctionnant avec des capitaux publics.