La culture, à l'arrêt depuis le début de la crise sanitaire, ne cesse de demander des mesures de soutien ou de pouvoir exercer dans le respect des règles sanitaires. En témoigne les nombreuses actions qu'elle mène depuis plusieurs mois.

Cathy Min Jung, directrice du Théâtre le Rideau à Bruxelles, est venue réitérer le désarroi et l'agacement du secteur culturel belge face à l'inaction du gouvernement, lors de l'émission QR le débat de mercredi soir sur la Une. "Le soutien ne passe pas seulement par ces aides financières dérisoires, mais aussi par le fait de nous aider à pratiquer la culture qui est un droit fondamental, humain et essentiel", a-t-elle lancé, regrettant qu'il ne soit même pas possible d'organiser des représentations dans le respect des règles sanitaires. "Nous avons essayé au Rideau de mettre en place une représentation avec testing préalable… Mais nous n’avons pas été soutenus!".

La culture a-t-elle été oubliée par le gouvernement? Oui, a admis le ministre de l’Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne, face à elle. "Nous avons sans doute été trop frileux avec la culture. Nous aurions pu tenter autre chose", a-t-il reconnu sur le plateau. "Aujourd’hui, il y a vraiment un besoin de relancer progressivement ces activités au bénéfice de toutes et tous", a-t-il poursuivi en émettant l'idée d'organiser des expériences pilotes. "Cela s’organiserait d’abord en extérieur, puis rapidement en intérieur. Et cela figure dans la décision du Comité de concertation de vendredi dernier."

Également invité sur le plateau, le président du MR Georges-Louis Bouchez a renchéri: "Les phases tests doivent se faire maintenant pour envisager des réouvertures dans le courant du mois d’avril ou du mois de mai. Et sur base des résultats de ces tests, nous pourrons alors avoir les protocoles qui nous permettent d’avancer."