Face à l'arrivée de réfugiés ukrainiens fuyant la guerre, "nous ne connaissons pas le nombre de personnes qui viendront en Wallonie, mais nous devons être prêts", assure Christophe Collignon, ministre wallon du Logement et des Pouvoirs locaux dans Sudinfo mercredi. Leur hébergement et leur insertion dans la société sont du ressort des Régions", explique M. Collignon qui évoque le plan d'action au sud du pays. A l'heure actuelle, il est estimé que 1.800 Ukrainiens sont accueillis en Wallonie. Sur les 9.000 places d'accueil recensées au sud du pays, 7.200 sont à ce stade des propositions de logement auxquels s'ajoutent 1.800 logements de transit, par exemple via les CPAS, détaille le ministre.

Interrogé sur un screening des propriétaires, le ministre assure qu'une "vérification" se fait "mais il y a urgence". "On n'a pas le temps de prendre des heures et des heures. On travaille à une charte des accueillants. Et quand il y aura domiciliation, la police pourra vérifier que tout est en ordre", garanti le ministre. "Il faut voir comment les villes et communes peuvent vérifier la qualité des logements", ajoute-t-il.

Tous les logements collectifs sont en train d'être quantifiés, poursuit-il. "Les centres de vacances, les centres Adeps, dans le catholique les centres d'accueil des pèlerins, ou même les centres de formation. Nous devons quantifier les choses pour gérer graduellement l'urgence. On a aussi remis en place la plateforme (internet) de mise à disposition de logements active après les inondations". Mardi après-midi, le site, en cours de traduction en ukrainien, avait dépassé les 500 offres.

"Il y a encore beaucoup d'inconnues", reconnait M. Collignon, "mais nous allons peaufiner ce plan d'action".