Depuis plusieurs semaines, et mêmes mois, la vaccination a débuté dans la plupart des pays du monde. AstraZeneca, Pfizer/BioNTech, Moderna, Spoutnik V, Sinovac, etc., sont autant de vaccins qui ont été lancés sur le marché ces derniers mois. Tous ont un taux d'efficacité différent en fonction de leur composition et de leur méthode d'action, ce qui fait que certains font parfois l'objet de critiques. C'est surtout le cas du vaccin développé par l'université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca, dont l'efficacité est de 60% selon l'Agence européenne du médicament (EMA).

Mais ces doutes sont injustifiés, selon l'infectiologue Corinne Vandermeulen. "Le vaccin AstraZeneca n'est pas inférieur", a-t-elle déclaré dans De Ochtend, "Il offre une protection de 100% contre les formes graves de Covid, les hospitalisations et la mort". Elle ne comprend pas que certains prestataires de soins réclament l'utilisation d'un autre vaccin, comme celui de Moderna ou de Pfizer/BioNTech. Pour Corinne Vandermeulen, le fait que les doses d'AstraZeneca ne soient pas injectées aux personnes de plus de 55 ans, en Belgique et dans plusieurs pays d'Europe, ne doit pas entraîner des inquiétudes autour de ce vaccin. La scientifique a rappelé que c'était le manque de données claires sur l'efficacité du vaccin AstraZeneca sur les groupes de personnes plus âgées qui avait mené à cette décision. "Notre système immunitaire ne fonctionne pas aussi bien qu'il le devrait avec l'âge et notre réponse aux vaccins devient donc moins efficace. On le voit avec la grippe, par exemple. Pour l'instant, nous attendons toujours (d'avoir des données, ndlr). Mais en attendant, nous pouvons parfaitement utiliser le vaccin chez les personnes plus jeunes", a-t-elle détaillé.

Refuser le vaccin AstraZeneca sous prétexte qu'il n'est efficace "qu'à" 60% est un luxe que nous ne pouvons pas nous offrir, a encore ajouté Corinne Vandermeulen: "Nous n'avons pas assez de doses pour le moment pour offrir le choix. Nous devons faire avec ce que nous avons". D'ailleurs, Steven Van Gucht avait lui aussi affirmé, fin janvier, qu'un taux d'efficacité de 60% était "assurément bon". "Il faut savoir que la FDA (l'autorité sanitaire américaine, ndlr) fixe la barre à 50%. C'est aussi l'efficacité du vaccin antigrippal moyen", avait expliqué l'infectiologue flamand.