Les travailleurs du magasin Colruyt de Verviers sont en grève depuis mardi matin, estimant que leurs demandes de compensations pour le travail fourni en pleine crise du coronavirus n'ont toujours pas été prises en compte, a indiqué le Setca Verviers. Cette grève survient après d'autres mouvements de grogne similaires ayant touché d'autres magasins Colruyt de la région liégeoise (Herve, Fléron, Chênée, Jemeppes et Seraing). "Le personnel est à bout, la charge de travail est très lourde et ils veulent se faire entendre", résume Morgane Thomas, permanente du Setca Verviers.

Les travailleurs réclament une augmentation de quatre euros des chèques-repas, une demi-heure de récupération supplémentaire par jour, l'interdiction des sacs afin de limiter les risques de contamination et l'application de la Convention collective de travail 104, qui permet aux plus de 45 ans d'avoir plus de temps de récupération. Autant de mesures, adoptées au printemps, mais qui ont été suspendues depuis le 30 juin, selon le Setca Verviers.

Si un protocole d'accord sectoriel a été conclu la semaine dernière, au terme de négociations difficiles entre les syndicats et Comeos, la fédération du commerce, ces mesures ne sont pas jugées suffisantes par les travailleurs en grève.

L'action au Colruyt de Verviers doit se terminer mardi soir mais "d'autres mouvements de grève suivront dans les prochains jours si un accord n'est pas trouvé", menace le syndicat socialiste.