Cette semaine, Ab Osterhaus s'est invité dans plusieurs médias du nord du pays. Ce spécialiste en virologie n'a pas hésité à critiquer les pays européens à propos des confinements partiels qui se mettent en place à certains endroits du continent. Selon lui, cette tactique est inefficace pour contrer une troisième vague.

“Vous avez beau décréter la fermeture de l’horeca ou des magasins, il faut aussi tracer, isoler, tester. Pour l’instant, nous ne faisons pas suffisamment reculer le taux d’infection dans tous les pays européens. Nous sommes satisfaits si le taux d’infection est légèrement inférieur à 1. Du coup, en cas de souci, ce chiffre risque de vite remonter à 1,2" a-t-il expliqué pour De Morgen.

Pour le virologue, "On ne réglera pas le problème avec des demi-mesures" a-t-il estimé. Avant de penser qu'une quatrième vague est possible si les gouvernements restent dans l'immobilisme. “Cette politique de yoyo aura pour conséquence que les hôpitaux seront à nouveau saturés et que la situation deviendra ingérable. C’est pareil pour les variants graves de la grippe. (...) Je pense que c’est un phénomène général en Europe: on ne se rend pas compte qu’on ne peut pas contrôler ce coronavirus avec des demi-mesures."

Pour lui, seules deux solutions existent pour solutionner le problème: "Soit nous prenons des mesures drastiques pour contrôler le virus. Soit nous continuerons ainsi jusqu’à ce que nous aurons vacciné 80-90% de la population. Même dans ce cas, nous ne sommes pas entièrement sûrs d’avoir le virus sous contrôle”.

Des perspectives qui ne sont pas bien réjouissantes.