Belgique Bien outillé, et avec un peu d’esprit critique, on en élimine déjà l’essentiel !

Elles empoisonnent le débat, tronquent l’information, trompent les gens ou les élections : les fake news sont sur toutes les langues, pas que sur celle de Donald Trump. Destinées à manipuler les lecteurs dans un sens qui arrange bien celui qui rédige ou propage la fake news, elles ont, en soi, toujours existé. Ce qui a changé, c’est qu’avec l’essor d’Internet, elles sont beaucoup plus faciles à produire, et, surtout, beaucoup plus aisément rendues virales, sur les réseaux sociaux. Selon une étude réalisée par les chercheurs du MIT, les fake news se propagent six fois plus vite qu’une véritable information ! Pour contrecarrer ce fléau, il existe toutefois des astuces.

Les messages qui doivent vous alerter

Une fake news vise la viralité à tout prix. Une véritable info, pas : elle sert, avant tout, à informer le lecteur. Jamais, dans un article légitime, se seront écrits "partagez un max", "diffusez à tous vos contacts" ou encore "les médias n’en parlent pas" ou "les journalistes font semblant que cela n’existe pas". Avant cela, déjà, le titre en lui-même peut vous alerter. Il est tout à fait possible de trouver un véritable article de presse écrit avec un titre accrocheur. Mais s’il est trop accrocheur, jouant sur le complot ou le scandale, méfiance… Les titres qui "clignotent" doivent vous alerter.

Vérifiez la source

Certaines fake news sont évidentes à débusquer, tellement les "faits" présentés sont gros. D’autres sont plus subtiles… En cas de doute, il est alors crucial de s’intéresser à la source. Un média reconnu est-il diffuseur de l’information ? L’article est-il signé ? Par un journaliste, une agence de presse (comme l’AFP ou Belga) ? Un article non signé, dont les médias traditionnels ne pipent mot, diffusé sur un site inconnu, a plus de chances d’être une fake news qu’un article qui vous fait hésiter publié par un média établi…

3 Recoupez

Un autre moyen de s’assurer de la véracité d’une info est de faire, vous-même, une partie du travail d’un journaliste : le recoupage. D’autres médias relayent-ils la même info ? Dans l’article, des interlocuteurs sont-ils cités ? De manière anonyme, ou clairement identifiés ?

Les images sont-elles vraies ?

Une photo ou une vidéo dit parfois plus qu’un texte. Mais les images en question sont-elles vraies ? Et, surtout, sont-elles bien liées aux faits exposés dans l’article ? Certains outils permettent de lever les doutes. Il suffit par exemple de glisser la photo qui illustre l’article en question dans Google Image pour connaître sa source et voir où elle a déjà été publiée. Et il existe bien d’autres services de ce type...