Belgique Le Vlaams Belang est le parti qui a le plus dépensé sur les réseaux sociaux.

Vous avez entre 12 et 18 ans et la politique ne vous intéresse pas ? Vous n’êtes pas le seul. Et pourtant, c’est sans doute de votre génération, qui votera pour la première fois dans 4 ans et demi, que dépendra l’issue des prochaines élections. Les personnes plus âgées ont tendance à voter pour les mêmes partis, élection après élection. Le choix des jeunes qui votent pour la première fois est donc souvent décisif.

En mai dernier, 700 000 jeunes primo votants se sont ainsi rendus aux urnes pour la première fois. Les analystes politiques estiment que leurs votes ont été déterminants. En Wallonie et à Bruxelles, le vote des jeunes a eu pour conséquence une forte montée du PTB et d’Ecolo. La mobilisation des jeunes et des manifestations pour le climat a eu un effet réel qui s’est traduit dans les urnes. Ecolo participe au pouvoir dans les gouvernements à Bruxelles et en Wallonie.

En Flandre, le vote des jeunes n’a pas du tout été le même. C’est le Vlaams Belang, un parti d’extrême droite hostile aux migrants et aux francophones, qui a cartonné, récoltant 18 % des voix et devenant le second parti de Flandre. Le manque d’intérêt des jeunes est bien connu des partis politiques. Ces derniers tentent donc par de nombreux moyens de faire passer leur message. Les réseaux sociaux sont particulièrement ciblés. Le Vlaams Belang est le parti qui semble l’avoir mieux compris. Ce qui peut expliquer une partie de leur percée.

Pendant la campagne électorale, soit entre le 1er mars et le 25 mai, le Vlaams Belang a dépensé 400 551 euros pour mettre en avant ses vidéos et posts électoraux sur nos murs Facebook.

Ces sommes ne prennent pas en compte les montants investis sur Facebook par les candidats eux-mêmes. Les autres partis ont dépensé beaucoup moins. La N-VA (138 096 euros) arrive en deuxième position, loin devant le PS (38 087 euros), Défi (36 298 euros), le CDH (23 779 euros), le MR (15 465 euros), Ecolo (6 602 euros) ou encore le PTB (2 557 euros).

Trois euros permettent autour de 1 000 impressions sur Facebook (CPM). Le Belang a donc vu ses posts apparaître quelque 130 millions de fois sur les fils d’actualité Facebook des électeurs du pays. Cela signifie ceci : les personnes qui pensent ou assurent ne pas s’intéresser à la politique sont tout de même "touchées" par les partis politiques. Et le Vlaams Belang est le meilleur dans cet exercice. Cela a sans conteste un effet dans les urnes car, même sans prêter trop attention, leur message s’imprime et percole via les réseaux sociaux. Cela ne sera pas suffisant pour emporter le vote d’un jeune bien informé. Pour les autres, en revanche…