Ces personnes pourraient être des cibles de l'homme lourdement armé. En plus de Marc Van Ranst, un certain nombre d'autres personnes bénéficieraient d'une protection supplémentaire. Ce groupe de personnes ne comprendrait pas d'autres virologues, mais un avocat, ont appris les journaux à bonnes sources. On ne sait pas exactement ce que lui et les autres personnes concernées ont à voir avec l'affaire, mais la police craint qu'ils ne soient la cible du militaire en fuite.

Le parquet fédéral n'a pas pu et n'a pas voulu confirmer l'information. "Nous ne communiquons pas sur la sécurité des personnes", a déclaré la porte-parole Wenke Roggen.