Il n'y aura pas de grève générale sur le rail le 12 décembre, alors que les organisations syndicales avaient annoncé la semaine dernière le dépôt d'un préavis de grève. 

L'employeur HR Rail avait indiqué dans la foulée qu'il rejetait ce préavis car la procédure prévue n'avait pas été respectée. Le personnel risquait alors des sanctions en cas de grève. "Nous ne voulons pas courir de risque", a commenté lundi Ludo Sempels, représentant de l'ACOD/CGSP Cheminots. "La mise en place, dans le respect des dispositions réglementaires, d'un plan d'actions reste plus que jamais d'actualité et sa mise en œuvre sera communiquée dans les prochains jours", affirme le président du syndicat, Pierre Lejeune, dans un communiqué.

Ce dernier estime que la réaction d'HR Rail au préavis "n'est certainement pas de nature à apaiser les tensions au sein des chemins de fer belges".

Le syndicat socialiste se concertera avec les autres organisations de travailleurs afin de déterminer les actions à mener le 12 et à moyen terme. Une manifestation sous la forme d'une concentration du personnel au siège d'HR Rail avait été évoquée pour le 12 décembre.

Lorsque le préavis avait été annoncé vendredi, les objectifs des syndicats n'étaient déjà pas clairs. Il était uniquement question de cette concentration dans un premier temps avant qu'un préavis de 24 heures ne soit déposé. D'une source syndicale à l'autre, on estimait que ce préavis devait seulement permettre aux travailleurs de prendre part à la concentration, ou qu'il était clairement synonyme de grève générale.