Il a été évidemment question du Comité de concertation qui se tient ce mercredi. Que va-t-il s'y décider? Paul Magnette a en tout cas affirmé que son parti allait se battre sur une chose: "Nous allons plaider pour que les engagements soient tenus."

Le président du PS a ainsi expliqué l'importance de rouvrir certains secteurs: "Pour les écoles, c'est le 19 avril. Pour les métiers de contacts, c'est une semaine plus tard. Pour l'Horeca, c'est le 1er mai. Tenons les engagements qui ont été pris. C'est important que l'adhésion de la population aux mesures soit confortée. Il faut redonner de la liberté et des possibilités d'avoir du lien social. Nos concitoyens en ont besoin. Faire des règles strictes que plus personne ne respectera, ça devient complètement absurde, même d'un point de vue de santé publique."

Pour Paul Magnette, il faut suivre l'idée des experts et mettre en place des solutions pour vivre avec le virus. "Faisons confiance aux secteurs. Arrêtons de penser que l'on peut comme cela les ouvrir puis les fermer. Comme l'ont très bien présenté les experts, il existe des possibilités malgré le virus."

Pour une réouverture complète de l'Horeca

A la question de savoir si l'on devait rouvrir tout l'Horeca ou simplement les terrasses, le président du PS s'appuie encore sur les experts. "A priori, je dirais de rouvrir tout l'Horeca. Après, on sait que le risque est moindre en extérieur. Mais comme le disent les experts, il faut apprendre à vivre avec le virus et malgré lui. En ce qui concerne les lieux culturels, les cafés et les restaurants, il faut pouvoir mettre en place de petits outillages très simples qui permettent de mesurer le taux de dioxyde de carbone dans l'air et qui permettent donc de mesurer s'il y a suffisamment d'oxygénation et d'aération des lieux. C'est très facile d'installer des systèmes de ventilation et il faut commencer à travailler avec tout cela."

Concernant l'appel de l'Horeca à rouvrir le 1er mai peu importe les décisions gouvernementales, Paul Magnette assure qu'il fera respecter la loi mais appelle au bon sens: "S'ils décidaient d'ouvrir tous un jour, j'ai un millier de policiers, je ne vais pas mettre des policiers partout, c'est purement impossible. Je ne dis pas que je vais laisser faire et je ne vais certainement pas faire un appel à la désobéissance civile. On fera respecter la loi. Mais j'en appelle au bon sens des membres du comité de concertation. Prenons des mesures qui seront respectées."