Plusieurs mesures qui seraient issues du rapport du groupe d'experts chargés de conseiller le gouvernement (Gems) sont dévoilées dans la presse depuis jeudi matin. Parmi elles, une fermeture des écoles pendant 10 jours avant les vacances de fin d'années ou encore un enseignement à distance quatre jours sur cinq dans le secondaire ainsi que le port du masque dès 6 ans.

"C'est avec une boule dans la gorge que les parents et leurs enfants découvrent ces propositions de mesures", réagit la Ligue des familles. "Ces enfants qui ont, depuis près de deux ans, soit une part importante de leurs jeunes vies, déjà subi de nombreuses restrictions, avec à la clé difficultés scolaires accrues, parfois problèmes psychologiques, et tout simplement impossibilité de vivre leur enfance dans l'insouciance comme cela devrait être le cas."

Pour la Ligue, ce qui est sur la table actuellement a "pour effet de leur faire porter la plus grande partie de l'effort". Elle lance un appel aux membres du comité de concertation: "Pensez aux jeunes en difficulté scolaire; pensez aux familles confinées dans un petit logement, sans possibilité d'activités extérieures, pensez aux enfants en situation de handicap et à leurs parents qui nous disent déjà 'être confinés en tout temps'; pensez aux enfants pour qui les parents, qui travaillent à l'extérieur ou qui sont en télétravail, ne peuvent pas être disponibles pendant presque quatre semaines d'affilée".

Le chef du gouvernement fédéral a convoqué ce comité de concertation (Codeco) à 09h00 au Palais d'Egmont à Bruxelles, notamment à la suite d'une demande du ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), alors que la réunion précédente remonte seulement à vendredi dernier.

M. Jambon souhaite que les activités récréatives à l'intérieur soient interdites jusqu'au 15 décembre afin de soulager les hôpitaux, où la situation, selon lui, devient intenable. Au total, 3.736 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 792 patients traités en soins intensifs, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut de santé publique Sciensano.