Selon les derniers chiffres publiés par Sciensano, les nouvelles contaminations sont à la baisse, une première depuis quelques semaines. Et depuis quelques semaines, un nouveau phénomène est observé sur le terrain, les cas de réinfection au variant Omicron. Plusieurs spécialistes rapportent en effet des cas rapprochés de réinfection avec les deux variants BA.1 et BA.2, tous deux issus de la lignée Omicron. "C’est tout à fait possible, indique l’infectiologue Yves Van Laethem. Il est de plus en plus décrit que l’immunité n’est que partielle et qu’on peut être infecté par un BA.1 puis un BA.2 en l’espace d’un mois ou deux. Dans l’immense majorité des cas, il s’agit de deux infections banales."

D’ailleurs, les agences sanitaires se montrent assez rassurantes par rapport au risque de contamination à deux reprises. "L’immunité liée à l’infection n’est pas suffisante pour empêcher malgré tout une petite infection par la suite, c’est souvent local et sur les voies respiratoires. Si cela peut donner des symptômes, ce n’est jamais un torrent inflammatoire. D’ailleurs, si on n’avait pas tout ce passif avec le Covid-19, on serait indifférents et on se dirait qu’on a eu trois rhumes en l’espace de quelque temps et basta", explique-t-il.