Sur les plus 200 travailleurs testés, 18 se sont révélés positifs. L'entreprise peut continuer à fonctionner pour l'instant étant donné que les personnes testées positives travaillent dans le même département, à savoir l'atlier de découpe.

Le foyer de contamination a été mis en évidence grâce au système local de suivi des contacts. "Plusieurs personnes travaillant dans l'atelier de découpe sont contaminées par le virus. C'est pourquoi nous avons décidé de mener des tests à grande échelle", explique le bourgmestre

Plus de 200 personnes ont entretemps été testées et placées en quarantaine. Dix-huit personnes se sont révélées positives et l'on s'attend à ce que ce chiffre augmente encore. Les résultats de l'ensemble des tests sont attendus pour jeudi midi au plus tard.

La fermeture complète de l'entreprise n'est par ailleurs pas à l'ordre du jour, selon le bourgmestre. "Les personnes infectées travaillent dans le même département qui est séparé du reste de l'entreprise. Nous suivons la situation mais il n'est pas question de fermeture." Les activités de découpe de viande ont été temporairement reprises par une autre implantation.

L'entreprise n'a actuellement pas connaissance de cas positifs dans d'autres départements. "Cependant, nous n'hésiterons pas à procéder à des tests ailleurs si cela s'avère nécessaire", a déclaré le porte-parole de Westvlees, Manuel Goderis. De plus, selon l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), il n'y a pas de risque de propagation du virus à travers la viande.

L'abattoir emploie quelque 850 travailleurs et traite environ 2.500 tonnes de viande de porc chaque année.