L’un de ces avocats, Sahil B., a été emmené pour audition après que la police fédérale soit entrée dans son bureau. Il devait être entendu par un juge d’instruction à Malines. Un avocat stagiaire, Jawad H., également d’Anvers, a lui aussi été interpellé pour audition.

Les policiers ont confisqué au total 15 armes prohibées dont 6 armes à feu, 8 véhicules de luxe, 3 machines pour compter l’argent, des uniformes de police et des balises GPS.

Avant cette opération, 185 de ces téléphones, équipés du logiciel de cryptage de Sky ECC, une société opérant depuis le Canada et les États-Unis, avaient été saisis en Belgique. Seule l’application de Sky ECC est disponible sur ces appareils, qui ne peuvent recevoir de messages écrits et vocaux ainsi que des images que d’autres utilisateurs du service. Le prix d’un téléphone est estimé entre 800 et 2 200 euros pour un abonnement de 6 mois.

À présent, la police fédérale a réclamé à Sky ECC la prime de 5 millions de dollars que l’entreprise promet à celui qui parviendrait à "craquer" son système, a remarqué le procureur fédéral, Frédéric Van Leeuw.

Le procureur du roi d’Anvers estime que cette enquête a permis à la justice de se faire "une idée de la manière dont les criminels opèrent lorsqu’ils discutent quotidiennement de leurs activités". "Nous sommes parvenus à créer une brèche dans les murs du crime organisé à travers tout le pays. À partir d’aujourd’hui, nous nous engouffrons dans cette brèche. […] Mais, le combat est loin d’être gagné… La criminalité est flexible."