Une réunion d'urgence était organisée ce lundi entre les syndicats et la direction. Des instructions ont donc été transmises auprès du personnel, comme le fait le de pouvoir garder une certaine distance envers les usagers et se concentrer ainsi sur les tâches de sécurité et d'information.

Ce lundi, à la demande des organisations syndicales, un Comité national extraordinaire avec les représentants des directions de la SNCB, d'Infrabel et de HR Rail avait lieu concernant le Coronavirus. Les syndicats s'étaient montrés inquiets par rapport aux mesures mises en place par la direction suite au cas de Coronavirus dans l'entreprise. Toutefois, l'agent en question qui travaillait pour le compte de Securail est aujourd'hui pensionné.

"Suite aux inquiétudes des Cheminots par rapport au coronavirus, la CGSP/ACOD a sollicité d’urgence une Commission Nationale Protection et Prévention du Travail. Suite au cas avéré de Covis-19 dans l'entreprise, certains membres du personnel, et notamment des contrôleurs de train, craignaient le fait de reprendre leur travail comme si de rien n'était. C'est pour cela que nous voulions voir la direction afin d'étudier la possibilité d'augmenter les mesures de précaution", détaille Philippe Dubois, secrétaire permanent CGSP de la région bruxelloise.

Plusieurs points problématiques devaient être éclaircis pour le syndicat socialiste. Le premier, l'obligation pour les accompagnateurs de train de contrôler les titres de transport ainsi que la problématique du personnel lié en première ligne qui sont en contact direct avec les usagers. "Mais aussi la distribution de gel hydro alcoolique à tous les cheminots en cas d’absence d’eau et de savon mais également par rapport au matériel roulant dépourvu de WC accessible, d’eau, de savon et de serviettes en papier", poursuit-il.

D'ailleurs, à ce stade, cinq cas ont été recensés au sein de l'entreprise ferroviaire selon la CGSP Cheminots. 

De nouvelles mesures de protection

Concernant le matériel roulant, une instruction a été transmise ce lundi 9 mars par le pôle compétent afin que les WC du matériel roulant sortant des ateliers et des PED, soient en fonction et approvisionnés en eau, en savon et en serviettes en papier. "Pour le matériel déjà en circulation, il faut respecter la procédure afin de faire rentrer le matériel le plus rapidement possible quand les WC sont défectueux. Ainsi, chaque train dont les toilettes ne fonctionnent pas seront bloqués dans l'atelier. Ensuite, les trains remis en état le plus vite possible".

Du côté de la SNCB, on veut se montrer rassurant. "La situation est suivie de très près par la SNCB. Nous sommes en contact permanent avec le SPF Santé et nous suivons les mesures prises au fur et à mesure", indique Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB. De plus, la CGSP indique que le personnel en contact direct avec les usagers aura un droit de réserve nécessaire, c’est-à-dire qu'il pourra garder volontairement une certaine distance et se focaliser sur les tâches de sécurité et d’informations.

"Pour le gel hydro-alcoolique, le nécessaire est fait pour approvisionner rapidement les cheminots qui n’ont pas la possibilité de se laver les mains avec de l’eau et du savon. La direction s’est aussi engagée à faire un effort supplémentaire en matière de nettoyage des lieux de travail", conclut le syndicat.