Le parquet fédéral communiquera sur la possible identification de l'auteur de l'attaque à Charleroi après avoir rassemblé les informations, a indiqué samedi soir son porte-parole.

Le parquet fédéral a été saisi de l'affaire, selon RTL-TVI, citant le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette. Le porte-parole du parquet fédéral confirme qu'un homme a attaqué samedi après-midi à Charleroi avec une machette deux policières.

Selon Martin Buxant, journaliste à l'Echo qui cite des sources gouvernementales, l'auteur de l'attaque serait un Algérien non connu des services de renseignement. 


Deux policières ont été blessées à la machette samedi après-midi dans le centre de Charleroi par un individu criant "Allahu Akbar", a indiqué la police locale. Les faits se sont produits à proximité de l'hôtel de police de Charleroi.

L'auteur d'une attaque à la machette sur deux policières à Charleroi samedi après-midi est décédé à l'hôpital, a confirmé la police locale. L'une des policières a été touchée par des coups puissants à la tête, ont précisé les forces de l'ordre. Ses jours ne sont toutefois pas en danger. Un homme s'est présenté au checkpoint de l'hôtel de police de Charleroi à 15h58. Il a immédiatement sorti une machette de son sac et a frappé puissamment à la tête une policière. Une autre policière a été touchée légèrement. Une troisième, également présente au checkpoint, a tiré sur l'agresseur, le touchant au thorax et à la jambe.

Les deux policières blessées ont été admises à l'hôpital Notre Dame à Charleroi. La plus touchée devra être opérée.

L'auteur a, lui, été admis dans un état grave à l'hôpital Marie Curie (CHU) où il a succombé sur la table d'opération, a précisé la police.

La police scientifique, le parquet et la bourgmestre faisant fonction Françoise Daspremont étaient sur place, boulevard Mayence. Les collègues des victimes sont en état de choc.


Charles Michel privilégie la "piste terroriste"

Interviewé par RTL, le premier ministre Charles Michel estime que les premières indications vont "très nettement vers la piste terroriste. Sur base des premiers témoignages qui ont été recueillis. Je veux évidemment être prudent à ce stade pour permettre à l'enquête de se développer, mais ça semble être de nouveau une attaque avec une connotation terroriste".


Charles Michel condamne l'attaque et rentre en Belgique

Le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon condamnent l'attaque survenue samedi après-midi à Charleroi. Une analyse de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) est en cours, a précisé le ministre de l'Intérieur. M. Jambon dénonce un "acte ignoble". Les pensées des deux hommes vont aux deux policières, à leurs collègues et à leurs familles.

Le Premier ministre Charles Michel revient en Belgique à la suite de l'attaque à la machette survenue samedi à l'hôtel de police de Charleroi, a-t-on appris auprès de son porte-parole. M. Michel doit rencontrer dimanche les services de sécurité. Il reste en outre en contact permanent avec son conseiller en sécurité et les services de police.





Paul Magnette également de retour en Belgique

Paul Magnette, bourgmestre en titre de Charleroi, a écourté son séjour à l'étranger à la suite de l'attaque à la machette survenue samedi après-midi à l'entrée de l'hôtel de police de Charleroi. M. Magnette condamne fermement ces attaques "d'une cruauté sans nom à l'égard des forces de l'ordre".

Le bourgmestre a tenu à apporter son soutien à "l'ensemble des effectifs de police qui font preuve d'un professionnalisme exemplaire pour assurer la sécurité des citoyens".

En attendant l'évaluation de la menace, la CSC encourage de son côté "chaque responsable de la police intégrée (...) à rappeler et/ou adapter au besoin les consignes de sécurité et les mesures idoines" à la suite des faits survenus à Charleroi.

Le niveau de l'alerte évalué par l'OCAM est actuellement à 3 sur une échelle de 4. La vigilance reste "accrue" pour les services de police en général, rappelle la CSC.


La famille royale "profondément choquée"

Les membres de la famille royale sont "profondément choqués par l'attaque violente" survenue samedi après-midi à Charleroi. 

"Nos pensées vont vers les victimes, leurs proches et leurs collègues policiers", a indiqué le Palais sur son compte Twitter.