Le bâtiment ultramoderne devrait sortir de terre en 2022. La nouveau complexe pénitentiaire pour hommes pourra accueillir 444 détenus. Le projet sera réalisé dans une "perspective humaine de la détention". "Je crois fermement en une société dans laquelle un détenu sort meilleur de prison", explique le ministre de la Justice Koen Geens, qui gère également la Régie des bâtiments. "Une culture carcérale moderne peut y contribuer".

Le consortium BAM PPP réalise les travaux pour le compte de la Régie des bâtiments. Le complexe pénitentiaire sera composé de quatre parties. Tout d'abord, le bâtiment d'entrée, abritant également le tribunal de l'application des peines. Vient ensuite le bâtiment des services, qui hébergera les bureaux de l'administration, un complexe sportif, un complexe pour les visiteurs, la section de détention limitée et un complexe d'accueil pour les détenus.

La partie cellulaire sera, elle, composée de quatre ailes articulées autour d'un noyau de contrôle central. Le bâtiment cellulaire sera composé de trois étages et un grenier avec les installations techniques. Les ailes cellulaires consisteront en galeries ouvertes, apportant plus de transparence et un sentiment accru de sécurité. La partie cellulaire accueillera des cellules pour une ou deux personnes. Chacune d'entre elles sera équipée de sanitaires. Pour l'aménagement, une grande attention est accordée à la clarté, à la sécurité et à la qualité de l'espace vital.

Enfin, le bâtiment logistique abritera les ateliers, la cuisine et une blanchisserie.

Le bâtiment doit être sûr, mais aussi durable et garantir une qualité de vie minimale. "Dans la nouvelle prison, il y aura suffisamment de place pour le travail, l'éducation et les activités", explique M. Geens. "Le tout nouveau complexe, équipé de panneaux solaires et d'une station d'épuration, doit être prêt d'ici la fin de l'année 2022."

Le projet est nécessaire pour faire face à la surpopulation carcérale. Mais aussi parce que le bâtiment actuel de la prison de Termonde ne répond plus aux critères nécessaires pour garantir des conditions de détention dignes. L'établissement pénitentiaire date de 1863, ce qui fait de lui l'une des plus anciennes prisons du pays.