Il était déjà apparu, en février, que l'Inspection spéciale des impôts (ISI) enquêtait sur les sous-traitants livrant des colis pour PostNL en Belgique sans payer la TVA ou les taxes. Des documents internes ont même révélé les noms de sociétés qui avaient été déclarées en faillite mais qui continuaient à livrer des colis pour PostNL en tant que sous-traitants reconnus.

Outre les cas de l'ISI, PostNL et son concurrent GLS sont maintenant poursuivis pour fraude sociale. Les deux entreprises ont été convoquées avec un certain nombre de sous-traitants. L'auditorat du travail de Malines voit suffisamment d'indices pointant vers une fraude structurelle, les conditions de travail des chauffeurs étant probablement très mauvaises. Les journées de travail sont par exemple très longues, les mesures sanitaires peu respectées et le personnel sous-payé. Il existe également la possibilité d'un faux travail indépendant.

Les auditeurs du travail ont invité bpost à être interviewé en tant que partie potentiellement lésée. Le vendredi 21 mai, l'auditorat du travail de Malines organisera une audition thématique sur la fraude sociale commise par les livreurs.