Après un séjour de deux semaines au centre fermé de Steenokkerzeel et deux tentatives de renvoi vers le Congo, Junior Masudi Wasso peut finalement rester sur le territoire belge et commencer son cursus à l'UCLouvain. A son arrivée, "l'étudiant ne remplissait pas les conditions d'entrée. Les autorités frontalières ont établi qu'au moment de l'entrée en Belgique, ses droits d'inscription n'avaient pas été payés et que le but du voyage de l'étudiant n'était pas suffisamment prouvé", justifiait l'Office des étrangers ce matin par voie de communiqué.

Une version que conteste son avocate, Maître Marie Doutrepont. Selon elle, l'Office des Etrangers disposait des informations sur la solvabilité de l'étudiant bien avant ce week-end. "La version livrée par l'Office des Etrangers cherche à justifier un changement de position voulu par la pression médiatique autour de ce dossier", indique l'avocate. Elle voit dans ce communiqué un coup de communication suite aux nombreuses réactions, tant en Belgique qu'au Congo. Selon l'Office des Etrangers, seule la question de la financiabilité de l'étudiant avait justifié le refus d'accès au territoire. Pourtant, dans un rapport, on peut lire dans les motivations de la décision négative que l'étudiant n'avait pas su répondre à des questions de base sur le cursus à venir. L'avocate se dit toutefois satisfaite par l'issue du dossier.

Contactée, l'UCLouvain indique avoir réexpliqué les conditions d'accès à l'université (sur le profil académique et sur la solvabilité) à l'instance en charge d'attribuer le titre de séjour, sans avoir envoyé le dossier d'inscription, protégé par la condidentialité.