"Il n'y a pour le moment aucun argument pour une troisième dose pour toute la population", a-t-il indiqué, alors que la Belgique vient de commander de nouveaux vaccins, essentiellement de type Pfizer, dans le cadre d'une commande européenne.

Une troisième dose est actuellement administrée aux personnes immuno-déprimées, aux résidents de maisons de repos ainsi qu'aux plus de 65 ans.

Mais pour l'heure, il n'y a "absolument aucun argument" scientifique pour envisager une troisième dose pour l'ensemble de la population. Il est également trop tôt pour penser à une éventuelle quatrième dose pour les plus fragiles.

"Nous devons d'abord attendre de voir les effets de la troisième dose", a souligné M. Ramaekers.