Cette question, vous êtes nombreux à nous la poser, malgré le fait que nous publions la majorité des articles dédiés au Covid-19 en accès gratuit. Tentons d'y répondre, au coeur d'un moment où l'information n'a jamais été aussi importante. 


En ces moments difficiles, vous êtes plus nombreux que jamais à nous consulter, avec, certains jours, plus d'un million d'internautes par jour qui surfent sur dh.be. Nous vous remercions pour cette marque de confiance, que nous tentons d’honorer avec la plus grande volonté et la mobilisation de l’ensemble de nos équipes rédactionnelles malgré les circonstances. La crise du coronavirus perturbe l’ensemble de notre vie, y compris la manière, pour les journalistes et les équipes associées, de produire de l’information, de fabriquer des journaux et d’alimenter notre site web. Le télétravail a été généralisé au sein de nos rédactions mais l’enjeu de vous informer au plus juste reste inébranlable, même loin de notre rédaction, cette fourmilière à idées où les journalistes échangent, râlent, se contredisent, se soutiennent et avancent ensemble. Ensemble, on le reste, mais de loin.

Vous êtes également nombreux à vous questionner concernant le fait que certains de nos articles traitant du coronavirus restent en accès payant, réservés à nos abonnés numériques. Devrions-nous, par élan citoyen et solidaire, ranger totalement nos formules d’abonnement au placard vu les circonstances ? Tentons de vous expliquer notre approche et les enjeux qui en découlent.

Tout d’abord, une immense partie de notre production est bien entendu consacrée à la couverture du coronavirus, en Belgique et dans le monde. Les statistiques sont claires : près de 80% des articles dédiés au Covid-19 que nous publions sur notre site sont en accès gratuit. C'est bien plus qu'en temps normal. Parce que nous considérons qu’il s’agit de notre mission d’information et de notre responsabilité citoyenne de faire connaître au plus grand nombre l’état de l’évolution de la maladie, le détail des mesures de confinement qui nous sont imposées, les conseils essentiels à appliquer dans notre vie sociale, familiale et professionnelle pour contenir la contamination et aplatir la courbe. Tous les articles d’info service étaient, sont et seront gratuits. Idem pour tous les démontages de Fake News ( ici , ici ou encore ici , par exemple), plus utiles que jamais dans ce contexte sanitaire.

Parce que nous soutenons toute démarche solidaire, et que nous souhaitons contribuer au maintien du lien social entre les Belges, l’ensemble des nombreuses initiatives de soutien (au personnel médical, aux seniors, aux personnes employées dans ou à l’alimentation de nos magasins restés ouverts,…) seront également toujours accessibles à tous, gratuitement.

Pour autant, nous continuons à publier certains de nos articles consacrés à la pandémie en payant. Des reportages, des interviews réalisés auprès de virologues, des éditoriaux, des analyses. Parce que l’information, fiable, recoupée et avérée a un coût. Que le travail journalistique ne peut être gratuit. Parce qu’il nous faut, plus que jamais, vous le voyez autour de vous, garantir la pérennité d’un métier plus utile que jamais. L’éclatement du marché publicitaire (et la part, énorme, du gâteau que s’accaparent les GAFA –Google, Facebook, etc. -) ne nous permet plus de financer notre activité à suffisance par la publicité, il nous faut donc compter sur nos abonnements numériques et nos ventes de journaux, dans votre librairie préférée ou par abonnement, pour que notre métier puisse subsister. C'est encore plus vrai en ces temps d'incertitude économique liée au Covid-19, qui n'épargne pas non plus les organes de presse. Tordons également le cou à un canard : la presse privée, en Belgique, n’est pas subsidiée par les pouvoirs politiques. Seule exception : le mécanisme d’aides à la presse, une enveloppe octroyée une fois par an à l’ensemble des titres de presse écrite du paysage médiatique francophone qui répondent aux conditions d’éligibilité.

Nous savons que nous devons nous transformer. Nous adapter à vos besoins et attentes. Nous avons d’ailleurs, il y a quelques jours , lancé notre offre de podcasts , une première pour un groupe de presse en Belgique et dont les premiers retours sont très positifs. Un lancement qui s’accompagnait, la semaine dernière, d’un accès gratuit d’une semaine à notre offre abonnés. Aujourd'hui, nous proposons à nos lecteurs de s'abonner à La DH pour une durée 3 mois, à un tarif exceptionnellement bas : seulement 1 €.  1 € pour trois mois d'accès illimité, donc.

© IPM


Nous ne sommes rien à côté des vrais héros du moment, le personnel médical de première ligne et, plus globalement, tous ceux qui se mobilisent pour vous (du personnel de supermarché aux réassortisseurs, aux agents de propreté et d'entretien, en passant par la police, ceux qui assurent le fonctionnement des transports, etc.). 

Mais nous sommes conscients du rôle que nous avons à jouer au cœur de la tempête qui nous frappe. Vous pouvez compter sur nous pour faire notre maximum afin d’être à la hauteur de notre mission et de vos attentes.

Merci de votre fidélité, prenez soin de vous, prenez soin des autres.