Les compétences de certains inspecteurs sociaux ont été élargies en juillet dernier, ceux-ci se voyant confier la mission supplémentaire de contrôler les obligations des employeurs en matière de Covid, "alors que leurs effectifs sont de plus en plus réduits et insuffisants pour effectuer leur travail habituel", dénonce le syndicat socialiste.

"Malgré cette surcharge, les inspecteurs sociaux ont assumé jusqu'à présent à l'effort supplémentaire qui leur a été demandé. Cependant, les modifications incessantes de la législation et des instructions d'application, de semaine en semaine, finissent par rendre leurs actions difficilement applicables sur le terrain, voire tout simplement impossibles...", regrette encore la CGSP.

Cette dernière souligne en outre la non-priorité des inspecteurs sociaux pour la vaccination Covid-19, la "cadence infernale" de leurs journées, la "pression continuelle", la course aux statistiques ou encore le cadre législatif empêchant toute réelle sanction.

La CGSP annonce dès lors que les inspecteurs sociaux refusant d'effectuer ces contrôles Covid seront couverts par un préavis à partir du 1er mai prochain.