Au cours de l'année à venir, le parti socialiste flamand organisera plus d'une centaine d'événements autour de cinq défis identifiés par ses membres à la fin de l'année dernière : la sécurité, le climat, les soins de santé, le bien-être et la jeunesse. Ces rencontres devraient déboucher à l'automne sur de nouvelles propositions politiques lors du congrès intitulé "Go Left XL". Le premier événement, consacré au climat, a lieu ce jeudi soir.

Dans son discours, Conner Rousseau a mis l'accent sur les prix de l'énergie. "Le gouvernement fédéral (auquel Vooruit participe) peut faire plus et mieux", estime-t-il. "Et en premier lieu en portant la TVA sur le gaz et l'électricité, qui est actuellement encore de 21%, à 6%", a déclaré Conner Rousseau. "Nous avons travaillé pour ces 6% depuis le début des négociations et avons toujours continué à nous battre pour cela. Aujourd'hui, nous avons finalement convaincu tous nos autres partis gouvernementaux." Actuellement, seule une diminution temporaire de quatre mois, et uniquement sur l'électricité, à partir du 1er avril est prévue.

Le président de Vooruit a à nouveau indiqué que la sortie du nucléaire, actuellement prévue en 2025, devait être reconsidérée vu la situation actuelle. "Les ménages et les entreprises ont besoin d'une énergie sûre et, surtout, abordable. Nous ne devrions pas avoir de tabous. Ni de tabous nucléaires. S'il est technologiquement possible de produire de l'énergie de manière sûre, propre et sans émission de CO2 grâce à la fission nucléaire, alors nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas le faire maintenant. Nous devons faire confiance à la technologie."

Dans l'opposition au niveau flamand, Vooruit a estimé que le gouvernement régional pouvait en faire davantage. Selon Conner Rousseau, il devrait s'assurer que chaque maison est isolée, que chaque chaudière à gaz est remplacée par une pompe à chaleur et que chaque maison et chaque entreprise dispose de panneaux solaires.