Il demandera que le point soit inscrit à l'ordre du jour du prochain comité ministériel restreint. Selon son président, Georges-Louis Bouchez, une application dès cette semaine s'impose. "Ça fait des semaines qu'on demande la mise en œuvre de ce mécanisme. Maintenant, on en fait une priorité afin qu'il rentre en vigueur cette semaine", a expliqué M. Bouchez, interrogé par SudInfo. "Le but est de baisser entre 1,60 euro et 1,70 euro/litre. Ce sont toujours des montants importants, mais qui permettent d'amortir. Il en va du pouvoir d'achat de la classe moyenne. Plus globalement, aux différents niveaux de pouvoir, nous poserons la question de la fiscalité automobile: ça devient intenable. Il faut offrir des alternatives aux gens et arrêter de les étrangler en permanence."

Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, a soumis une proposition à ses partenaires gouvernementaux. Les discussions sont en cours, expliquait-il encore il y a deux semaines.