Belgique

Si le droit de grève est protégé en Belgique, cela ne signifie pas pour autant que l’employeur ne peut pas prendre des actions en vue d’empêcher la tenue d’une grève. 

Ici, dans le cas d’éventuelles primes de rappel versées aux cheminots non grévistes, c’est différent, on parle plutôt d’une incitation financière afin que la grève ait le moins d’impact possible sur l’activité de la société. "A priori, je dirais que rien n’interdit à l’employeur d’offrir une prime pour convaincre ses salariés de ne pas participer à la grève. En effet, ce n’est pas forcément discriminant de verser une telle prime puisque c’est laissé à l’appréciation de chaque travailleur, et non pas imposé. Mais c’est clair que le principe est discutable sur le plan de la moralité parce que ça ressemble à du chantage financier. Mais légalement, ça me paraît autorisé en l’absence d’interdiction", explique un avocat spécialisé dans le droit du travail à Bruxelles.

Selon lui, on ne doit pas favoriser un travailleur qui ne fait pas grève par rapport à un autre, et ce procédé pose question. "La question d’une éventuelle discrimination peut se poser mais à partir du moment où ce n’est pas imposé mais bien laissé à au choix de chaque travailleur d’accepter ou non… Mais c’est vrai que par ce biais, on pourrait envisager un traitement différencié qui serait illicite", conclut-il.