La procédure de contrôle des bénéficiaires de la Grapa a été initiée en 2019 et prévoit que le facteur se présente trois fois pour vérifier que la personne vit effectivement au domicile renseigné. En cas d'absences répétées, il dépose un courrier et le pensionné dispose de cinq jours ouvrables pour obtenir un certificat de résidence de son administration communale et le renvoyer au SPF Pensions. En effet, la Grapa est réservée aux résidents belges, lesquels ne peuvent quitter le pays que 29 jours par an et en ayant informé au préalable le SPF Pensions.

"Il serait plus simple de vérifier la résidence des gens via le registre national ", avance Merlin Gevers. "Et lever la barrière de 29 jours par an de séjour à l'étranger, qui est discriminatoire par rapport aux autres citoyens européens", estime Merlin Gevers, chargé de mission au sein du Réseau belge de lutte contre la pauvreté.

Pas moins de 41 autres associations, dont les mutuelles, les syndicats, les organisations représentatives des indépendants (UCM, Unizo, SNI) ont adressé un courrier en ce sens à la ministre de tutelle lui faisant part de six balises pour la réforme qu'elle prévoit pour la fin juin au plus tard.

Les signataires demandent également que la ministre rende les procédures proportionnelles et plus humaines. Le respect de la vie privée doit être garanti. Ainsi une lettre déposée au domicile de ces derniers (plutôt que le passage du facteur) constituerait la première étape du contrôle. Le délai pour y répondre doit être raisonnable, poursuivent-ils en insistant : pas de sanction endéans un mois et après un premier rappel écrit.