Le document de trois pages sur la "récente nomination d'Ihsane Haouach", écrit en néerlandais, fait état pour la plus grosse partie, du rôle, de la position et de l'action politique du mouvement des Frères musulmans en Belgique et à l'étranger, explique la RTBF, qui a pu lire le rapport. Il revient ensuite plus précisément sur le cas de l'ex-commissaire du gouvernement à l'égalité hommes-femmes.

La Sûreté indique qu’Ihsane Haouach est "connue" des services de la Sûreté en raison de "contacts étroits avec les Frères musulmans". La note précise : "Ces contacts entre les Frères musulmans et Ihsane Haouach s’inscrivent dans une stratégie plus large des Frères musulmans, dans laquelle ils tentent d’influencer le débat public et l’élaboration des politiques en développant de bonnes relations avec des personnes influentes dans différents cercles de la société, dans laquelle ils essaient également d’occuper eux-mêmes des positions influentes (entrisme) et dans laquelle ils tentent de contrôler ou d’impliquer un large éventail d’organisations et d’organismes à but non lucratif – dans le but sous-jacent d’introduire et d’appliquer progressivement leurs points de vue", selon les propos retranscrits.

Malgré ses liens, il n'y a pas vraiment de danger d'après le service de renseignement belge, qui signale que "pour autant que nous le sachions, Ihsane Haouach elle-même n’est pas membre des Frères musulmans et n’a jamais attiré l’attention en raison de positions extrémistes concrètes." Et de préciser que la confrérie est "habile à dissimuler ses véritables convictions et motivations et qu’ils ne s’identifient généralement pas comme Frères musulmans aux yeux du monde extérieur ". La Sûreté estime qu'"il ne peut donc être exclu qu’Ihsane Haouach elle-même ne soit pas (pleinement) consciente du fait qu’elle a des contacts étroits avec les Frères musulmans."

La Sûreté conclut sa note sur ces recommandations: "Nous suggérons que notre groupe contacte le cabinet de Mme Schlitz afin d’identifier et d’expliquer ces questions. Il pourrait également être suggéré de contacter Mme Haouach elle-même à un stade ultérieur afin de la sensibiliser à cette question."

Après la démission d'Ihsane Haouach, dont la nomination a suscité une importante polémique, le rapport de la Sûreté, qui n'était pas destiné à sortir du service, avait fuité, alimentant de plus belle la polémique. L'ex-commissaire était accusée d'être liée aux Frères musulmans. La diffusion de la note apporte donc des éclaircissements, mais le Premier ministre devra encore s'expliquer sur sa nomination.