"On redoutait le pire dans le supérieur mais l'hécatombe annoncée semble heureusement ne pas avoir eu lieu", s'est félicitée mercredi la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR).

"D'après les premiers résultats partiels, il y a eu, semble-t-il, de meilleurs résultats et, dans certains endroits, davantage de participation", selon la ministre qui s'appuie sur les résultats finaux livrés par un peu plus d'un tiers des établissements supérieurs.

Une réunion menée vendredi dernier avec une série d'acteurs du terrain a toutefois livré des tendances similaires.

Certains établissements signalent cependant une légère baisse de réussite pour les étudiants de 1er bachelier en présentiel. "Il semble donc bien que la mesure prise par le gouvernement d'augmenter les aides à la réussite pour les BAC1 (6 millions d'euros débloqués, ndlr) ait dès lors visé juste", ajoute Mme Glatigny.

Les chiffres globaux définitifs devraient être connus d'ici la fin de cette semaine. En effet, la session a été prolongée pour les étudiants en quarantaine afin de leur permettre de pouvoir quand même passer leur examen à l'issue de celle-ci.

"Notre inquiétude principale, c'est la détresse mentale des étudiants. C'est la raison pour laquelle je travaille à un plan de reprise des cours en auditoire dès mars si la situation sanitaire le permet", conclut la ministre.