Belgique

La nouvelle grille indicative des loyers, demandée par la Ministre du Logement, Valérie De Bue (MR), a été mise en ligne. Elle permet d'estimer la valeur réelle du loyer d'un appartement selon divers critères, comme sa situation, sa superficie, son efficacité énergétique, ou encore son attractivité.

La nouvelle grille indicative des loyers, demandée par la Ministre du Logement, Valérie De Bue (MR), a été mise en ligne.

Cet outil gratuit permet aux futurs locataires d’obtenir facilement un loyer indicatif pour un bien qu’ils envisagent de louer. En d’autres termes, ils peuvent estimer combien vaut le bien qu’ils pensent louer.

Inversement, les propriétaires peuvent aussi estimer le loyer du logement qu’ils souhaitent mettre en location.

Jusqu’à présent, ces derniers pouvaient se tourner vers une grille indicative des loyers élaborée en 2016 par le Gouvernement wallon. Cette grille ne reflétait cependant pas la réalité du terrain, selon le cabinet De Bue “car trop peu exhaustive, aux données dépassées, sur base de critères inadaptés ou insuffisants.

Elle a chargé le centre d’études en habitat durable de Wallonie (CEHD) de mettre au point une toute nouvelle grille, plus précise, plus pédagogique et surtout répondant à tous les standards scientifiques. 4.112 logements loués répartis sur toute la Wallonie ont été analysés.

Prenons le cas de deux appartements de même catégorie (2 chambres, 100 m², construits entre 1970 et 1990) et situés en région liégeoise”, illustre Valérie De Bue. “Le premier appartement (Appart A) a une qualité et un confort thermique nettement moindre (pas de cuisine équipée, pas de terrasse, une PEB G…). Avec l’ancienne grille, la différence de loyers indicatifs entre les deux était de 7%. Avec la nouvelle, la différence est de 34% !”

Appart A

2 chambres, 100 m², construit entre 1971-1990 (type tour en béton).

PEB « G », pas de cuisine équipée; pas de terrasse; 1 salle de bain.

Loyer indicatif 2016 = 598 €/mois.

Loyer indicatif 2019 = 491€/mois.

Appart B

2 chambres, 100 m², construit entre 1971-1990 (type tour en béton rénovée)

PEB « C »; Cuisine équipée; Balcon-terrasse; Vidéophone 1 salle de bain, 2 WC.

Loyer indicatif 2016 = 641 €/mois

+ 7% par rapport à l'appart A

Loyer indicatif 2019 = 660€/mois

+34% par rapport à l'appart A

Au total, une vingtaine de critères peuvent être pris en compte dans l’estimation.

Le précédent Gouvernement avait seulement défini lui-même une liste de 10 critères”, reprend la ministre. “Nous avons fait le choix de confier cette définition au CEHD afin d’obtenir des critères qui soient statistiquement significatifs », indique la Ministre du Logement.

Parmi les critères, on retrouve : le type de logement, l’époque de construction, le nombre de chambres, la superficie, le nombre de salles de bain, de WC, la cuisine équipée, le label PEB, la présence d’un balcon ou d’une terrasse, d’un bureau, d’un équipement de sécurité…

Un même logement n’aura pas le même loyer s’il est situé à Namur, à Charleroi, ou encore à Waterloo.

Pour répondre à cette réalité, la grille tient donc compte également de la mobilité, c’est-à-dire la bonne desserte en transport en commun (calculée selon l’IWEPS). Mais aussi de l’’attractivité, à savoir la différence entre le loyer réel et le loyer estimé sans prise en compte de la localisation. Cette différence peut être causée par la qualité de l’environnement ou, au contraire, par les nuisances.

Le résultat obtenu présente bien entendu une marge de négociation qui tourne autour des 10%, contre 20% auparavant”, précise le cabinet De Bue.

La grille indicative pour 2019 se base sur des données récoltées en 2018. Une actualisation est prévue chaque année afin de garantir la plus grande précision possible