Entre le 6 et le 12 avril, il y a eu en moyenne 253 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une diminution de 5% par rapport à la période de référence précédente, selon les chiffres de l'Institut de santé publique Sciensano mis à jour mardi matin. Entre le 3 et le 9 avril, 3.485 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, en baisse de 20% par rapport à la semaine précédente. En revanche, sur la même période, 42,7 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus, soit une augmentation de 28,9%.

Le porte-parole interfédéral Yves Van Laethem a d'abord pris la parole sur l'évolution des chiffres. "Les indicateurs sont globalement au vert", a-t-il entamé."Cela reste un vert clair et on espérait qu'avec le printemps, ce vert devienne plus intense et plus foncé." En effet, les contaminations et les hospitalisations continuent de diminuer mais à un rythme qui ne s'accélère pas encore.

Le pic aux soins intensifs atteint

L'occupation des lits aux soins intensifs reste aux alentours des 900 personnes, soit une occupation de 90% de la capacité des lits actuellement dévolus au Covid par nos autorités et d'un peu moins de 50% de l'ensemble des lits disponibles en soins intensifs . Par ailleurs, le porte-parole interfédéral a expliqué qu'au total, en incluant les lits de soins intensifs occupés par des patients qui ne souffrent pas d'une pathologie Covid, l'occupation totale actuelle en USI flirte avec les 90% des quelque 2.000 lits à disposition.


Le pic actuel des patients Covid-19 aux soins intensifs, soit 925 patients, a été atteint le vendredi 9 avril. Depuis, les chiffres vacillent entre 900 et 915 patients sans baisse significative mais plutôt une certaine stabilisation. "Malheureusement, comme nous nous y attendions, le nombre de décès continue d'augmenter", a ajouté l'expert.

Le nombre de tests a aussi diminué drastiquement durant la période de vacances mais le taux de positivité, avec 9,4% des tests positifs, reste particulièrement élevé. Il est même de plus de 12% dans certaines provinces francophones comme le Hainaut, le Luxembourg ou encore la province de Namur.

La mobilité diminue légèrement

L'expert a ensuite abordé la mobilité des Belges. "La bonne nouvelle est que notre mobilité a légèrement diminué depuis le week-end de Pâques. Or, nous savons que la mobilité est directement liée à la propagation du virus." Les situations climatologiques ont certainement joué. L'expert reconnait que cette limitation de déplacements et de contacts devient de plus en plus compliquée à respecter mais est nécessaire pour contrôler la situation.


Le point sur la vaccination

Sabine Stordeur, la responsable de la task force vaccination, est ensuite revenue sur la campagne de vaccination : "Ce mardi nous avons gravi un nouvel échelon". En effet, le cap de 2 millions de Belges vaccinés va être atteint, soit un Belge de plus de 18 ans sur cinq. "Nous avons encore du chemin à parcourir avant un taux de vaccination assez élevé mais nous y parviendrons si nous nous faisons tous vacciner", a-t-elle souligné.


Celle-ci dit comprendre les interrogations concernant la vaccination et insiste sur la nécessité de se fier à des sources d'informations fiables.

Concernant Qvax, le système général de réservation, Sabine Stordeur estime que le lancement a été un un succès. Un demi-million de personnes se sont inscrites et 8.000 personnes ont reçu ainsi leur première injection. "Ceci démontre la volonté de nombreux citoyens de se faire vacciner rapidement".

À Bruxelles, un système de réservation spécifique BruVax, sera également ouvert. D'abord aux médecins généralistes pour y inscrire leurs patients à risques et dès le lundi 19 avril, aux citoyens désireux de s'inscrire sur une liste de réserve.

Selon Sabine Stordeur, les livraisons de vaccins vont s'accélérer fortement au cours des prochaines semaines. En outre, le vaccin Johnson & Johnson arrive cette semaine dans les centres de vaccination. "Ce sont autant d'éléments qui doivent permettre à tous ceux qui le souhaitent d'apporter leur contribution dans le combat dans lequel nous sommes pour le moment engagé", a-t-elle conclu.