Le site web des Affaires étrangères belges a mis à jour ce samedi ses recommandations de voyage à l'égard de plusieurs pays européens. Se sont ainsi retrouvées en zone rouge la région lémanique en Suisse, la Navarre en Espagne ainsi que la Mayenne en France. Par ailleurs, le site web des Affaires étrangères affichait ce samedi deux nouvelles régions françaises en orange: le Pas-de-Calais et le département du Nord. Une erreur rectifiée le lendemain. En effet, le ministère faisait référence à ces deux zones comme un seul et même département: celui du Nord. Or il s'agit bien de deux départements distincts. Raison pour laquelle, ce dimanche, le Pas-de-Calais reprenait sa couleur verte, tandis que le département du Nord restait à l'orange.

Le cafouillage, conjugué à l'incompréhension de certains quant à la décision de mettre en rouge le Valais (Suisse), a fait grincer des dents. Le ministre des Affaires étrangères a été invité à s'expliquer auprès de nos confrères de La Libre sur la façon dont est établie la liste de ces fameuses zones oranges et rouges. Philippe Goffin (MR) a, pour sa part, renvoyé vers le Celeval (comité d'évaluation fédéral), expliquant que la décision lui revenait et que les Affaires étrangères se contentaient d'afficher les rapports des experts sur leur site.

Cette cellule, présidée par le SPF Santé publique, est composée de représentants de Sciensano, du Comité scientifique sur le COVID19, du Conseil Supérieur de la Santé, des administrations en charge de la santé au sein des Régions et des Communautés ainsi que des SPF Intérieur et Mobilité.

Le Celeval voit sa composition évoluer de jour en jour. Même si certains noms reviennent très souvent. Pour la réunion du 28 juillet concernant les codes couleurs des destinations européennes, étaient présent(e)s Martine Delanoy (SPF Santé publique), Yves Van Laethem (CHU Saint-Pierre), Christian Wouters (IBZ), Barend Cochez (Centre CRBNe), Pascal Delvaux (Aviq), Marc Buelens (Vlerick Business School), Filip Desprets (Buza), Thomas Tistaert (SPF Santé publique), Nathalie Bossuyt (Sciensano), Geneviève Gieseler (SPF Santé publique), Geert Molenberghs (UHasselt et KULeuven), Alice Lejeu , Paul Pardon (SPF Santé publique) et Patrick Willems (Expert mobilité).

Dans d'autres rapports de réunions, on retrouve les noms désormais connus de Marc Van Ranst (KULeuven), de Pierre Van Damme (UAntwerp) ou encore de Steven Van Gucht (Sciensano).

Le comité d'experts se réunit à présent le mardi et le vendredi, faisant ensuite rapport aux autorités du pays. Outre les recommandations de voyage modifiées sur leur avis, le Celeval se penche également sur les mesures les plus pertinentes à adopter par le Conseil national de sécurité pour affronter la pandémie de coronavirus.