Quatre ans après la restructuration du site Caterpillar de Gosselies qui a coûté leur emploi à 2.000 travailleurs, tout projet d’envergure est le bienvenu sur le site. Et face à la rumeur Legoland, le Ministre wallon de l’Économie, Willy Borsus, confirme que “plusieurs projets de reconversion sont actuellement à l’analyse. Le projet d’un parc Legoland est notamment à l’étude”.

Au-delà de la possibilité de relance économique, il faut dire que cette reconversion d’inscrit dans un plan global au niveau régional. “Les projets de reconversion d’anciens sites industriels sont nombreux en Wallonie. Le Gouvernement a en effet l’intention de reconvertir pas moins de 100 hectares de friches par an au profit de l’activité économique, de l’emploi et de la qualité de vie”, rappelle le ministre.

Une centaine d’hectares, c’est d’ailleurs la taille du site de Gosselies sur lequel lorgnent plusieurs investisseurs.

Pour rappel, l’un des projets industriels en cours d’analyse est celui de Thunder Power (voir par ailleurs).

Mais d’autres pistes de création d’emplois et d’activités ont toujours été à l’étude, même avant l’intérêt de Legoland. “Les négociations avec le groupe Merlin sont encore au stade de l’étude. Il y a donc lieu de faire preuve de réserve dans les différentes analyses et communications. J’ai eu des contacts avec le groupe Merlin, des réunions de travail avec la SOGEPA, avec l’AWEX, avec la Ville, mais pour l’instant, les négociations sont en cours et plusieurs sites sont en concurrence à travers le globe pour accueillir ce nouveau parc, prévient Willy Borsus. Attirer de gros projets sur notre territoire requiert énormément de travail, de négociation et de subtilité. Nous restons convaincus des nombreux arguments de la Wallonie pour nos sites en reconversion.

On est donc encore loin d’une fumée blanche, et tous les acteurs s’accordent pour faire preuve de prudence dans ce dossier.