Belgique

Le point de départ est le passage du vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht à la Commission européenne


BRUXELLES Le premier ministre Herman Van Rompuy et les présidents des partis de la coalition fédérale devraient se retrouver jeudi soir ou vendredi pour se mettre d'accord sur le remaniement du gouvernement fédéral qui devrait intervenir vendredi. Le point de départ est la démission attendue du vice-premier ministre Open Vld et ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht qui devient Commissaire européen en remplacement de Louis Michel.

Le remaniement ne devrait toutefois pas se limiter au remplacement de M. De Gucht par l'ancien premier ministre Yves Leterme qui deviendra plus que probablement ministre des Affaires étrangères.
Les libéraux flamands se cherchent en effet un nouveau vice-premier ministre. La venue de Guy Vanhengel semble une piste qui se confirme puisque c'est Jean-Luc Vanraes qui sera le nouveau ministre du Budget du gouvernement Bruxellois.

S'y ajoute encore le fait que le PS a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa décision de faire "monter" au fédéral Michel Daerden et Philippe Courard, deux "recalés" du gouvernement wallon, appelés à remplacer Marie Arena en tant que ministre des Pensions et Julie Fernandez-Fernandez en tant que secrétaire d'Etat à la personne handicapées.

Reste toujours le problème de la compétence que l'Open Vld voudrait décrocher pour son nouveau vice-premier ministre, à savoir le Budget, une compétence détenue par le secrétaire d'Etat cdH Melchior Wathelet.

Dès la semaine dernière, le premier ministre Herman Van Rompuy, qui exerce la tutelle sur le budget, s'est dit disposé à lâcher cette compétence mais M. Wathelet n'est pas prêt à travailler sous la tutelle d'un ministre Open Vld. On peut d'ailleurs supposer que Guy Vanhengel ne voudra pas se contenter de surveiller de loin un secrétaire d'Etat mais voudra effectivement exercer la compétence lui-même.

Le cdH pourrait accepter d'abandonner le Budget au bénéfice d'une autre compétence importante. On cite notamment les Entreprises publiques ou l'Economie. La première compétence est actuellement exercée par le CD&V Stevan Vanackere et la deuxième par l'Open Vld Vincent Van Quickenborne.
Les Humanistes soulignent d'ailleurs depuis plusieurs jours que la répartition des compétences au sein du gouvernement fédéral a été faite lorsque le CD&V était encore en cartel avec la N-VA. Ensemble, ils représentaient 30 sièges à la Chambre. Depuis la fin du cartel, le CD&V ne représente plus que 24 sièges à la Chambre.

Reste à savoir quel ministre Open Vld sera obligé de démissionner pour laisser la place à Guy Vanhengel. La plus menacée était Annemie Turtelboom, actuelle ministre de l'Asile et l'Immigration, mais le nom du ministre de l'Intérieur Guido De Padt est également cité.

Les choses se compliquent encore un peu par le fait que l'Open Vld voudrait se débarrasser de l'Asile et Immigration, une compétence que le parti a revendiquée à la formation du gouvernement mais dont il ne voudrait plus car elle ne s'est pas avérée très porteuse sur le plan électoral. L'ennui, c'est qu'aucun autre parti n'est enthousiaste pour reprendre ce dossier, bloqué depuis des mois par les divergences de vues entre l'Open Vld, le PS et le cdH, concrétisées par l'opposition entre Marie Arena et Annemie Turtelboom. La sortie de l'équipe fédérale de l'une et peut-être des deux "ministres ennemies" pourrait faciliter les discussions que le gouvernement doit mener sur le dossier asile et immigration au cours du prochain week-end.

Une autre question reste alors pendante: qui assumera l'Asile et l'Immigration. Le cdH serait disposé à reprendre ce dossier, à la condition de recevoir un secrétaire d'Etat de plus "en compensation du sacrifice consenti en acceptant une compétence dont personne ne veut et en abandonnant le Budget au bénéfice de l'Open Vld", disait jeudi matin un éminent Humaniste.

Pour ce nouveau secrétariat d'Etat cdH, on parle de Catherine Fonck, autre ministre "recalée" du nouveau casting Région wallon/Communauté française.
Dans ce changement plus global, l'Intégration sociale et les Grandes villes, qui étaient également des compétences de Marie Arena et donc du PS, pourraient passer dans les mains de l'Open Vld, une piste évoquée jeudi matin par le président du PS Elio Di Rupo lui-même.

Enfin, l'arrivée au fédéral des ex-excellences wallonnes a déjà fait grincer des dents à la N-VA qui dit tout haut ce que d'autres partis disent tout bas. Le gouvernement fédéral devient une équipe B et comptera deux sinon trois ministres et secrétaires d'Etat francophones dont le néerlandais n'est pas le point fort...

© La Dernière Heure 2009