Le comité de concertation s'est réuni ce vendredi pour discuter de la situation sanitaire et plus précisément de la réouverture des métiers de contact. Les ministres du fédéral et des entités fédérées jugent la situation épidémiologique mitigée, avec une augmentation des contaminations d'un côté, mais une baisse des hospitalisations et des décès de l'autre.

Les inquiétudes sur la santé mentale et le bien-être de la population ont toutefois amené le comité de concertation à aller dans le sens d’un assouplissement.Comme l'a écrit La DH en primeur, c'est acté : les salons de coiffure pourront rouvrir le 13 février, comme prévu. Des protocoles très stricts devront toutefois être observés (sur rendez-vous, etc.). Les coiffeurs ne devront pas porter de masque FFP2. 

Moins bonne nouvelle, en revanche, pour les autres métiers de contact, tels que les esthéticiens, salons de massage, manucure, et tatoueurs, qui doivent, eux, encore patienter jusqu’au 1er mars avant de pouvoir accueillir à nouveau des clients. S'il peut sembler contradictoire de rouvrir les coiffeurs avant les barbiers, l'optique de nos autorités est la suivante : la situation épidémiologique étant mitigée, il a été décidé de ne pas rouvrir toutes les activités en même temps.

Les centres de vacances, campings et bungalows peuvent bien rouvrir à partir du lundi 8 février (leurs restaurants et éventuels débits de boissons ne pourraient bien entendu pas rouvrir). Les parcs animaliers (zoos, Pairi Daiza, etc.) peuvent rouvrir pour leur part le 13 février. 

Concernant l'Horeca, pas de fumée blanche : les restaurants et salles communes restent bien fermés.