Il réclame, pour la réunion du comité de concertation de ce vendredi, de la clarté et de la cohérence sur ce baromètre en lien avec les protocoles déjà convenus, ainsi que sur le rôle des divers organes d'experts.

Le report du baromètre corona, qui doit servir de guide pour permettre à la population de connaître quasi en temps réel l'état de l'épidémie et à quelles mesures elle doit s'attendre, "n'a pas été concerté avec les entités fédérées", a fait observer M. Jeholet (MR). "On a discuté du baromètre pendant des mois, puis on apprend qu'il ne fait plus partie de la stratégie..."

Pour le député Laurent Devin (PS) qui l'interrogeait, "on a l'impression qu'on repousse le baromètre parce que les conditions sont dépassées. Mais il faut offrir des perspectives pour tenir dans la longueur."

Pierre-Yves Jeholet (MR) a souligné que les secteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles possédaient déjà leurs protocoles, et que le baromètre devrait tenir compte de ce travail, peut-être avec des adaptations. Il insiste sur la nécessité d'une perspective claire pour l'enseignement.

Le chef du gouvernement francophone souhaite aussi y voir plus clair dans les structures d'experts et leur rôle. "Il y les task force, le RAG (évaluation du risque, NDLR), le RMG (gestion du risque, NDLR), la Celeval (cellule d'évaluation fédérale, NDLR), etc. Qui sont nos interlocuteurs? "

En matière de tests, il insiste sur la nécessité d'une stratégie concertée. "Il faut une stratégie fédérale de testing, sur laquelle se greffera la stratégie des entités fédérées", a insisté Pierre-Yves Jeholet. De son côté, l'exécutif francophone a désigné Vincent D'Orio, chef de service Urgences au centre hospitalier universitaire (CHU) de Liège et doyen de la faculté de médecine de l'ULiège.

Il importe, reconnaît M. Jeholet, de ne pas répliquer des "erreurs" de la première phase et "un déconfinement peut-être trop rapide."

La réunion du comité de concertation de ce vendredi ne devrait pas déboucher sur de nouvelles mesures, a-t-il laissé entendre. Une évaluation des mesures en cours sera faite, mais il faudra sans doute attendre une nouvelle évaluation fin novembre.