La phase 3 du déconfinement est annoncée ce mercredi, pour un démarrage le 8 juin.

Le Conseil national de sécurité se tient ce mercredi à 9 heures du matin. Dans l’après-midi, le contenu de la phase 3 du déconfinement sera communiqué. Des discussions entre le politique et les experts devaient encore avoir lieu ce mardi soir en comité de concertation, après la réception dans l’après-midi du rapport du GEES (experts en charge de la stratégie de déconfinement). Beaucoup de dossiers étaient alors encore à trancher et des évolutions étaient encore possibles, sachant que politiques et experts devaient s’accorder. "Le but, ce mercredi, est de donner à tous des perspectives et de ne pas se limiter à parler du 8 juin, mais aussi de la suite de l’été", nous précise une source gouvernementale. Ce 3 juin, le politique souhaite inverser la philosophie. En résumé, on déconfinerait tout, sauf ce qui resterait interdit et serait dûment précisé. Une manière de simplifier les annonces et d’éviter l’oubli de sous-secteurs. Voici les dossiers et préaccords qui étaient sur la table ce mardi soir.

1 La réouverture de l’Horeca interviendra ce 8 juin. Le guide des bonnes pratiques distribué aux établissements de l’Horeca fournit un bon aperçu de la situation à venir. Il pourrait toutefois être adapté et assoupli pour répondre aux critiques des cafetiers. En effet, ce vade-mecum prévoit qu’on ne puisse plus commander ou consommer au bar. Pour le reste, l’essentiel demeure que le respect des règles de distanciation sociale d’1,5 m soit observé. Conséquence : les établissements devront organiser leurs tables pour que les clients se tiennent à cette distance. Si c’est impossible, il faudra placer des barrières physiques, comme des vitres en plexiglas entre les gens.

L’heure de fermeture est fixée à minuit. Il sera interdit de sortir pour fumer. Le port du masque sera obligatoire pour le personnel, pas pour les clients. Les menus qu’on se passe de main en main seront fortement déconseillés et remplacés par des ardoises ou menus sur le Web. Il sera conseillé de travailler par réservations. Le vade-mecum de l’Horeca prévoit que les coordonnées des clients d’une table soient encodées lors de leur arrivée et conservées deux semaines ensuite. Ce point fait l’objet de débats parmi les politiques. Il pourrait ne pas s’appliquer aux cafés et bars.

2 Bulle sociale élargie. La limitation des contacts à une bulle de quatre personnes ne devrait pas être supprimée mais élargie. Mardi soir, il était question d’autoriser huit à dix contacts supplémentaires par personne (et non plus par famille) en plus de la bulle de quatre. Les huit à dix contacts d’un membre d’une même famille ne pourraient toutefois pas se mélanger à ceux d’un autre membre. Pas question a priori de se voir à vingt. Exemple: il serait permis à une personne d'inviter ses 10 amis à un souper. En revanche, l'époux ou la femme de cette personne ne pourrait pas inviter ses 10 autres amis en même temps. Les grosses soirées ou fêtes restent interdites.

3 Les cérémonies de mariage et d’enterrement devraient être autorisées dès le 8 juin, mais avec des limitations. Le nombre d’invités autorisés augmentera ensuite crescendo, mois après mois.

4 La reprise des offices à l’église, à la mosquée et autres cérémonies religieuses est sur la table du CNS en vue du 8 juin. Une limitation à 100 personnes est évoquée.

5 Une décision tombera pour la tenue des stages sportifs. Ceux-ci devraient être autorisés pour l’été. Des questions se posent sur les vestiaires et les douches.

6 Culture. Les salles de cinéma, de spectacles et les théatres pourraient reprendre une activité, avec des limitations. Ces règles seront reprises dans un vade-mecum actuellement discuté, en concertation avec le secteur. Les événements de masse restent interdits jusqu’au 30 août.

7 Vacances. Les frontières devraient être ouvertes dès le 15 juin, moyennant la réciprocité de l’autre pays. Le CNS veut éviter un couac similaire à celui de l’autorisation des visites transfrontalières avec la France.