Belgique

Le comité de gestion de Famiwal a voté, vendredi, contre la prime de 10 € que l'organisme avait pourtant annoncé vouloir octroyer aux familles dont le paiement des allocations familiales n’avait pu être effectué dans les temps. Il avait fallu deux jours de plus pour le faire. "Après analyse plus approfondie, le Comité de gestion a en effet estimé qu’il n’existait pas de base décrétale pour le faire, sans créer de disparités entre les familles", a-t-il indiqué après le vote.

La ministre wallonne de l’action sociale Alda Greoli (CDH) avait demandé qu'un dédommagement soit envisagé par l'auteur de la faute. Famiwal avait embrayé deux jours après, lors d’une conférence de presse, en annonçant le paiement d'une indemnité “symbolique” de 10 euros, sans reconnaître pour autant une faute dans son chef. Il restait au comité de gestion à se prononcer, il l’a fait. Ce sera non. Un cafouillage dont la Wallonie qui vient de reprendre en main la gestion des allocations familiales au sud du pays se serait bien passée.

La ministre Alda Greoli "prend acte de cette décision du Comité de gestion de Famiwal, qui relève de son autonomie de gestion. Je regrette qu’un geste humain et social ne puisse finalement être accompli envers les familles lésées, particulièrement les plus démunies d’entre elles. Mais comme je l’avais d’emblée indiqué, ce geste, qui ne pouvait en aucun cas constituer un précédent, devait reposer sur une base légale solide, ce que le Comité de gestion ne semble pas avoir pu établir avec certitude. Le plus important à mes yeux reste – de loin – que toutes les familles aient reçu leur argent dès le lundi 11 février, et que toutes les mesures soient prises entre Famiwal et sa banque pour que tout soit rentré dans l’ordre dès les paiements du 8 mars, ce qui semble en bonne voie."

"Une image calamiteuse de notre région"

"L'amateurisme dont a fait preuve la ministre Greoli dans le dossier Famiwal donne une image absolument calamiteuse de notre région et du gouvernement wallon", a affirmé vendredi la députée socialiste Eliane Tillieux. "Famiwal a estimé que l'octroi d'une indemnité de 10 euros ne correspond pas au décret. En d'autres mots, qu'elle est illégale étant donné qu'il n'existe aucune base légale pour décider unilatéralement d'octroyer un dédommagement", a poursuivi Eliane Tillieux.

"Cette décision devait passer par les instances de Famiwal", a-t-elle ajouté en dénonçant encore "la légèreté" de la ministre et "ses promesses en l'air".

"Alda Greoli a préféré les effets d'annonce plutôt qu'une analyse approfondie avec les responsables concernés. Elle subit aujourd'hui un désaveu très fort de la part du comité de gestion", a conclu Eliane Tillieux.

Réuni ce vendredi matin, le comité de gestion de Famiwal a finalement décidé de ne pas octroyer l'indemnité de 10 euros initialement promise aux 120.000 familles lésées par le retard de paiement de leurs allocations familiales. Lors du vote, le PS et le MR se sont abstenus tandis que le président du comité de gestion, le cdH Philippe Charlier, a voté en faveur de l'octroi d'une indemnité.