Invité sur le plateau de VTM Nieuws, Marc Van Ranst a fait le point sur la situation épidémiologique du pays. Selon lui, la situation de la Belgique est légèrement meilleure que celle des Pays-Bas. "Nous sommes plus avancés en ce qui concerne le nombre de rappels effectués, et le nombre de lits occupés aux soins intensifs a également diminué", estime le virologue. Il estime ainsi qu'il est possible d'éviter un confinement strict comme chez nos voisins du Nord, même s'il n'y a pas de quoi se réjouir pour autant.

Les indicateurs belges ne sont pas bons, rappelle le virologue. "Ils sont passés d'un niveau follement élevé à un niveau toujours élevé. Dans toute autre période, nous trouverions ces chiffres inquiétants", souligne-t-il, avant de préciser que l'arrivée du variant Omicron sur notre territoire va également faire remonter les chiffres. "À un moment donné, le variant Omicron prendra le relais du variant Delta et la courbe remontera". Selon Marc Van Ranst, on ne sait pas jusqu'où les chiffres pourraient remonter. "On ne peut qu'espérer que le variant soit moins pathogène."

De nouvelles mesures pour les fêtes ?

Ce lundi soir doit se tenir une réunion des experts du GEMS. Ceux-ci doivent évaluer la situation épidémiologique belge et formuler des recommandations aux politiques. Un comité de concertation doit ensuite avoir lieu ce mercredi 22 décembre. Face à la montée du variant Omicron, que vont décider les autorités ? Selon Marc Van Ranst, on se dirige plus probablement vers un renforcement des mesures. Un assouplissement est dans tous les cas peu probable. "Mais rien n'est exclu, tout est sur la table", précise-t-il. "Il est inutile de spéculer sur ce point".

Quant aux fêtes de fin d'année, le virologue flamand est clair. Selon lui, il est impossible de célébrer Noël et Nouvel An en toute sécurité. "Il n'y a aucun scénario dans lequel cela est possible!"