Un nouveau sac bleu pour la zone Hygea

A partir du 1er avril, les citoyens des 24 communes affiliées à l'intercommunale Hygea pourront mettre de nombreux emballages ménagers supplémentaires dans leurs sacs bleus, jusqu'ici réservés aux PMC. Huit kilos de déchets d'emballages en plastique par an vont quitter le sac d'ordures ménagères, ce qui permettra de recycler davantage, selon l'intercommunale de Mons-Borinage-Centre.

Presque tous les emballages ménagers en plastique seront acceptés dans les nouveaux sacs bleus de la zone Hygea, notamment les pots de yaourt, les raviers de beurre, les sacs et films en plastique. Certains emballages composés de plusieurs parties comme une barquette et un film plastique, qui ne suivent pas la même filière de recyclage, devront toutefois être séparés avant d'être placés dans le sac bleu. Actuellement, seuls les flacons et bouteilles en plastique, les emballages métalliques et les cartons à boissons sont autorisés dans les sacs PMC. Le nouveau processus doit permettre d'économiser de l'énergie et de limiter les émissions de CO2. Les sacs bleus actuels resteront valables jusqu'à épuisement des stocks. Les nouveaux sacs seront vendus au même prix.

Le retrait progressif des militaires en rue se poursuit

Les militaires en rue vont être remplacés par des policiers dans les gares et les métros à Bruxelles ainsi qu'à l'aéroport de Zaventem, d'ici le 1er avril. Ils étaient chargés de missions de surveillance. La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) avait annoncé, fin février, un calendrier de retrait progressif. Les militaires ont ainsi déjà quitté l'aéroport de Gosselies et le quartier européen.

"Pour le 1 avril, la police intégrée va reprendre ses responsabilités pour les gares et les métros à Bruxelles et l'aéroport de Zaventem", a précisé le cabinet de la Défense.

A partir de juin, ce sera au tour des ambassades, progressivement, pour terminer par les institutions juives à Anvers et Bruxelles.

Deux médicaments onéreux contre la mucoviscidose désormais remboursés

Les médicaments Orkambi et Symkevi seront remboursés à partir du 1er avril. Ces deux traitements coûteux contre la mucoviscidose seront désormais gratuits pour plus de 600 patients éligibles. Orkambi est un médicament destiné aux patients âgés de deux à onze ans, tandis que Symkevi doit être utilisé chez les patients à partir de 12 ans. Ils coûtent plus de 100.000 euros par an.

L'Association Muco s'est déclarée extrêmement satisfaite de la décision de remboursement annoncée fin février par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). Les autorités disent avoir négocié "un prix responsable" avec la firme américaine Vertex.

"L'impact sur la qualité et l'espérance de vie des patients est très important", selon Stefan Joris, le directeur de l'association. "Il s'agit de la première génération de médicaments qui s'attaque également à la cause de la maladie." Il s'attend à ce que la maladie évolue de plus en plus vers une affection chronique plutôt qu'une maladie rare.

L'espérance de vie des patients atteints de mucoviscidose est de 45 ans en Belgique. Avec ces deux médicaments, l'association s'attend à ce que ce chiffre augmente fortement. DDM/MIF/