Belgique Salah Abdeslam veut rentrer en France le plus vite possible pour "s'expliquer" sur son implication dans les attentats du 13 novembre. C'est ce qu'a déclaré son avocat Sven Mary cité par Reuters.

"Je verrai le juge d'instruction pour qu'elle ne s'oppose plus elle-même à ce départ et à cette remise en France, qui pourra se faire, on espère (...) dans les plus brefs délais", a dit Me Sven Mary, à l'issue d'une audition devant la chambre du Conseil à Bruxelles sur le maintien en détention de son client, notamment, qui était absent. "Il a compris qu'ici ce n'est qu'un petit bout du dossier. Il veut s'expliquer en France, c'est une bonne chose", a-t-il estimé.

Par ailleurs, son client n'"était pas au courant" des attentats qui ont fait 31 morts 300 blessés mardi à Bruxelles, a-t-il confié aux journalistes.

Son audition a été reportée au 7 avril, signale également son avocat.

Sven Mary n'a en revanche pas répété ses propos diffusés sur une radio française sur le fait que Salah Abdeslam ne collaborait plus avec les policiers belges depuis les attentats de Bruxelles. "Cela fait partie du secret de l'instruction", a-t-il affirmé. "Je ne voudrais pas qu'il se referme pour plein de choses. S'il se refermait, ça nous mettrait devant d'autres Zaventem et d'autres Bataclan, c'est peut-être ça que je veux éviter", a ajouté l'avocat.

La chambre du conseil devait décider jeudi de maintenir en détention Salah Abdeslam, Amine Choukri, Abid Aberkane et d'autres suspects liés aux attentats de Paris.

Quant à l'audience d'exécution du mandat d'arrêt européen, elle est prévue le 31 mars à Bruxelles.

Salah Abdeslam est toujours incarcéré à la prise de haute sécurité de Bruges.


Report d'audience pour Amri, Abdeslam et Choukri

Salah Abdeslam, Amine Choukri, Mohamed Amri et Abid Aberkan devaient comparaître jeudi matin devant la chambre du conseil de Bruxelles, dans le cadre du dossier lié aux attentats de Paris. L'examen des trois premiers cas a été reporté au 7 avril alors que la défense d'Abid Aberkan a, elle, bel et bien plaidé. L'avocate de ce dernier, Me Gallant, a demandé la libération de son client. La chambre du conseil devrait rendre sa décision dans le courant de la journée. Abid Aberkan, habitant Molenbeek-Saint-Jean, hébergeait Salah Abdeslam et Amine Choukri. L'homme avait été interpellé vendredi en compagnie des deux autres et avait été inculpé de recel de criminels et de participation à des activités d'un groupe terroriste.

Mohamed Amri a reconnu qu'il avait, avec Hamza Attou, été chercher Salah Abdeslam à Paris dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, mais il maintient n'être lié en rien aux attentats. Hamza Attou et Mohammed Amri auraient été appelés par Salah Abdeslam, qui se trouvait à ce moment-là à Paris et qui leur a demandé de venir le chercher. Le duo est descendu à Paris avant de revenir avec Salah Abdeslam.

Une fois dans la capitale belge, Mohammed Amri est descendu de la voiture. Hamza Attou a appelé un troisième suspect, Ali Oulkadi, et ce dernier a demandé de le rejoindre à la station de métro Bockstael à Laeken. Ali Oulkadi, Hamza Attou et Salah Abdeslam se sont rendus ensuite dans un café. Salah Abdeslam y a évoqué son implication dans les attentats de Paris et le fait que son frère venait de se faire exploser. Après cette conversation, Ali Oulkadi a emmené Salah Abdeslam à Schaerbeek.