Si Hyundai a décidé de ne pas y participer, comme le relaie L'Echo, la grande majorité des marques a par contre donné son accord pour y venir étant donné la particularité du salon bruxellois. Une décision finale quant à la tenue de l'événement devrait tomber dans le mois à venir. "La situation est telle que pour le secteur événementiel, il est hyper difficile de prévoir si et comment la situation sanitaire évoluera", reconnait Joost Kaesemans, porte-parole de la Febiac. "Ce doute et cette incertitude ne sont pas évidents pour les organisateurs comme les participants."

La fédération sectorielle tient cependant à pouvoir organiser l'événement, qui connaîtra une "petite" édition en 2021. Non seulement parce qu'il est important pour le secteur, mais aussi car les marques comptent sur lui et que, si le salon a lieu, cela ouvre la voie à tout un secteur événementiel, liste-t-elle, espérant ne pas devoir finalement l'annuler ensuite.

"Il y a moyen d'organiser le salon et d'y accueillir beaucoup de monde", insiste le porte-parole. Bien sûr, il ne sera pas possible d'y recevoir près d'un demi-million de personnes, comme chaque année, concède-t-il toutefois. Et certaines dispositions devraient être mises en place comme la réservation en ligne obligatoire et à certains créneaux horaires (pour le traçage des contacts), le port probablement obligatoire du masque et une personne par 10m².

Le salon de Genève avait dû être annulé en dernière minute en mars dernier en raison de la crise du coronavirus. Et son édition 2021 a d'ores et déjà été annulée. Les autres salons européens connaissent des difficultés et certains ont même disparu. Mais Bruxelles fait exception depuis plusieurs années par rapport à cette tendance. "Les marques semblent tenir au salon bruxellois, très particulier de part le moment auquel il a lieu, en début d'année, et en raison des nombreuses ventes qui y ont lieu ou qui y débutent. Le retour sur investissement y est très important", analyse Joost Kaesemans.

Une décision finale devrait tomber dans le mois prochain sur la tenue du salon. Une réunion du comité organisateur, où les marques sont représentées, est ainsi prévue le 22 septembre, tandis qu'en octobre doivent être prises les grandes décisions telle que la commande du stand et la sélection du personnel à former par exemple.