La semaine dernière le président, Joachim Coens, démissionnait de son mandat suite à un sondage plaçant les chrétiens-démocrates dernier parti flamand, à 8,7 % des intentions de vote. Ce jeudi, le ministre flamand de la Santé Wouter Beke a suivi. Le Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Sammy Mahdi, s'est porté candidat à la présidence du parti.

Dans quel état se trouve le CD&V ? "Le CD&V est dans un état extrêmement ambitieux. Je pense que le parti a beaucoup de choses à offrir aux gens", a déclaré Sammy Mahdi au micro de la RTBF. "Je ne pense pas que ce qu'il se passe en interne intéresse les gens".

Les chrétiens-démocrates flamands font partie de la majorité fédérale actuelle et le secrétaire d'Etat a voulu montrer qu'ils étaient toujours une formation de poids, malgré cette crise interne. "Nous sommes un parti qui a des opportunités, en matière de réformes fiscales notamment", a-t-il commencé avant de citer les actions menées par Vincent Van Peteghem, le ministre des Finances, ainsi que celles d'Annelies Verlinden à l'Intérieur, notamment.

"Nous sommes un parti qui gouverne", a-t-il appuyé. "Je pense que les gens veulent surtout savoir ce qu'on fait pour leur pouvoir d'achat et leur sécurité".

Il y a trois ans, Sammy Mahdi s'était déjà porté candidat à la présidence du CD&V et avait échoué face à Joachim Coens. Il retente aujourd'hui sa chance. "Je constate que le parti aujourd'hui, même si nous avons des postes importants, a besoin d'être renouvelé. Il doit peut-être y avoir un nouveau dynamisme, une autre façon de communiquer et de préparer sa stratégie vers les propositions que l'on fait, beaucoup sont sur la table. Je pense que c'est important pour le parti à un moment donné de montrer quels sont nos principes, quels sont les moments où on ne fléchit pas. On est dans un système de consensus, on doit être pragmatiques. Mais il y a un moment où en tant que parti, on doit pouvoir dire, 'on va jusque là et pas plus loin'".

La démission de Wouter Beke

Sammy Mahdi est aussi revenu sur la démission du ministre Wouter Beke ce jeudi. "C'était extrêmement dur à porter pour lui même. Un enfant qui meurt dans une crèche ça a été extrêmement douloureux pour lui, même si ce n'est pas quelqu'un chez qui on voit directement l'impact émotionnel", a-t-il commenté. Le ministre flamand de la Santé a fait l'objet de nombreuses critiques durant son mandat, ce que regrette le Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. Il estime que les changements mis en place par Wouter Beke n'ont pas assez été reconnus. "La campagne de vaccination s'est très bien déroulée en Flandre, mieux que nulle part ailleurs en Europe, grâce à la philosophie développée par Wouter Beke".

Concernant le sondage qui a précipité le départ de Joachim Coens, Sammy Mahdi a relativisé. "Je ne pense pas que ce soit le sondage en soi qui fait la démission, c'est une accumulation de plusieurs choses", a-t-il répondu. "C'est quand même bien de voir qu'il y a des hommes politiques, en l'occurrence ici Joachim Coens et Wouter Beke qui, entre autres raisons, décident de prendre leur responsabilité car le parti ne se porte pas bien. C'est à d'autres aussi de montrer maintenant ce qu'il faut faire".