Alors que 87% de la population adulte en Belgique a reçu deux doses de vaccin, notre pays est actuellement frappé par une quatrième vague qui met notre système de soins en difficulté. De quoi se demander si, un jour, on finira par gagner la bataille, même si les derniers chiffres de l'épidémie évoluent dans le bon sens. "Je reste convaincu que le carburant du virus finira par s’épuiser tôt ou tard", analyse Steven Van Gucht dans le magazine Humo. "Les gens ont été vaccinés ou infectés, voire les deux. Cela signifie que le virus aura plus de mal à circuler à son rythme actuel. Les vagues deviendront moins critiques."

Mais le virologue se garde bien de faire des pronostics, refusant d’annoncer une prochaine vague moins virulente. "Je n’oserais pas mettre ma main au feu à ce sujet. Ce sera peut-être pour la sixième vague. Nous sommes tous certains que la pandémie va disparaître. Mais quand ?"

Geert Meyfroidt partage l'avis de son confrère, assurant que le sort du Covid-19 est scellé et qu'il "va évoluer vers un virus de rhume ordinaire, mais probablement très contagieux."

"Ce que je veux quand même mettre au clair : en fait ce n’est pas le virus qui évoluera vers une forme plus légère, c’est notre base immunitaire", reprend Steven Van Gucht. "Car la plupart des gens ont développé leur propre résistance au virus – en recevant le vaccin ou en étant infecté ou avec une combinaison des deux. Si vous libériez le virus du rhume dans une population qui n’a aucune immunité contre celui-ci, on verra peut-être la même chose qu’avec ce coronavirus. Ce n’est heureusement pas le cas : nous avons construit une immunité contre le rhume dès l’enfance, en ayant une infection après l’autre. Une telle immunité de base viendra probablement aussi avec le coronavirus. Peut-être après une ou deux infections, ou après une troisième ou une quatrième dose de vaccin."